Après notre première visite chez la psychologue et ses premières conclusions, nous avons mis en œuvre ses conseils et ses propositions. Bon, je vous avoue que spontanément nous n’avons pas obtenu de grands résultats ! D’abord Grand Bonhomme n’a pas cessé ses crises et ses moments de rébellion profonde. Et toutes les fois où j’ai essayé de le cadrer un peu, je n’ai obtenu que des hurlements de plus… Bref. Passons.

Du coup, nous sommes retournés voir Mme Psy et nous avons reparlé de « tout çà ». J’expliquais à Mme que je luttais pour faire abdiquer la bestiole en mon sens et que je ne trouvais pas le chemin de son approbation. Et tout à coup, la révélation ! Elle m’a regardé avec un air de dire « Oula, y’a du boulot là ! » et elle m’a sorti : »Mais il faut faire preuve de sévérité! Il n’a pas le droit de vous faire tourner en bourrique! Il n’a pas le droit de se moquer de vous! Vous méritez qu’il vous respecte! Comme vous l’exigez de n’importe qui d’autre! »

Ah

Bah oui en fait…

J’ai réalisé tout à coup que aïe, je suis beaucoup plus laxiste avec lui  que je ne le serais avec n’importe quel individu au quotidien. Je relève la tête et m’éffare d’un tel constat!

Alors forte de cette conviction, j’ai pris Grand Bonhomme entre quatre yeux pour lui expliquer que, maintenant, les règles ont changé et qu’on ne rigole plus. J’ai tapé un grand coup sur le table et hop, c’est cadré.

Et, à vrai dire, j’avais l’impression que depuis ce jour, nous vivions un léger mieux. Pas parfait non plus, en si peu de temps ce serait étonnant, mais je ne me plains pas.

Bien entendu, certaines me diront que c’était un évidence. Sauf qu’on n’arrive à appliquer que ce dont on est pleinement convaincu(e), sinon, le message ne passe pas.

Bref, nous tendions à l’amélioration jusqu’à ce que Grand Bonhomme parte en vacances chez ses grands parents. Et là, peut être le laxisme des anciens ou le plaisir de ne plus nous avoir, il a relativement mal vécu notre retour, enchainant crise sur crise. Je ne sais pas encore ce que sera la suite car à l’heure où j’écris ces lignes, nous oscillons entre ne pas se parler, se hurler dessus ou ignorer et tout laisser faire… Promis, je vous en reparle bientôt.

Comme Il disait « La route est droite mais la pente est forte ».

Rendez-vous sur Hellocoton !
Be Sociable, Share!
,
Trackback

4 commentaires untill now

  1. MissBrownie 03/11 à 6:25

    Pas facile … Moi aussi je me rend souvent compte que je ne suis pas assez sévère avec TiBiscuit et que forcément il en profite…

    [Répondre]

  2. Herenui 03/11 à 10:35

    Chez moi…C’est maman le capitaine!!!
    Bin oui,s’il y a plusieurs capitaines sur le bateau…celui ci aura du mal à garder le cap…chacun voulant faire à sa manière!!!
    Parfois,certains se rebellent…Quoi une mutinerie???
    Mais heureusement que maman sait aussi écouter…mais c’est moi qui tranche et qui explique pourquoi j’agis de cette manière…
    Bon,il faut dire que mes matelots sont de bons matelots malgré tout…
    Chez papi et mamie,il n’y a aucun risque de laxisme…car nous allons dans le même sens…Humm,comme je les aime…
    Bon,le capitaine doit aller vérifier que les matelots rangent leur chambre et nettoient leur salle de bain…Ne jamais relâcher sa garde…lol
    Bises

    [Répondre]

  3. e-zabel 03/11 à 1:04

    ah c’est dur ! En effet, il faut être ferme, ici l’homme et moi ne cédons jamais, mais je te « rassure », ça n’empêche pas de terribles moments !!
    L’effet « grands parents » est terrible, ici on a toujours besoin de 2 semaines pour recadrer la gamine quand elle revient de chez eux 🙁

    [Répondre]

  4. Nashii 03/11 à 4:21

    @missbrownie : quel bande de filous!

    @herenui : je suis bien d’accord avec la théorie, sauf qu’en pratique, c’est loin d’être aussi simple.

    @e-zabel : c’est bien simple, du coup, plus de grands parents jusqu’à nouvel ordre !

    [Répondre]

Donnez votre avis