Merdi : fusion des mots « merde » et « mardi ». Deuxième jour de la semaine. Journée spéciale où survienne régulièrement ennuis, virus, fièvre, bobo, départ inopiné ou en catastrophe, …

Merdredi : fusion des mots « merde » et « mercredi ». Troisième jour de la semaine. Journée très parculière pendant laquelle les enfants ne vont pas à l’école, doivent courir d’une activité extra-scolaire à une autre, tout en gérant les reliquats du Merdi (voir définition ci dessus).

Soir du mardi :les enfants sont fatigués, et vers 18h30, j’entends un « j’ai mal à la gorge » ou encore « j’ai mal à l’oreille ». Alors que le secrétariat du docteur est fermé. Que demain, y’a piscine et tout le tralala. Y va t’on? Y va t’on pas?… C’est un petit merdi. Et ca arrive régulièrement. Quoique sans gravité.

Mercredi matin : il faut extirper les enfants du lit. Judo à 9h30, il faut partir à 9h. Avec tous les enfants. « Non, Petit Bonhomme, ca n’est pas parce que tu ne fais pas de judo que tu peux rester jouer tout seul! ». En plus, on emmène un petit copain avec nous. Quand ce n’est pas l’un des miens qui est en retard, c’est le petit copain qui râle parce que c’est trop tôt. Le merdredi commence en fanfare, 20 min aller – 20 min retour, à pied avec Petit Bonhomm qui en général, traine la patte. Grand Bonhomme rentre à 10h50. Ensuite, il faut se dépécher : préparation du déjeuner qu’on engloutit en vitesse pour courir à l’athlétisme. Le Grand attend pendant que le Petit court. Puis nous migrons vers la piscine où le Petit patientera pendant le Grand nage… Vers 16h30, nous serons de retour complètement vanés. Moi, autant qu’eux. – J’ai calculé que nous faison environ 5 km à pied ou à trottinette. –

Ce mercredi là, où il faut courir, crier pour motiver les troupes, préparer des sacs et encore des sacs, prévoir des occupations, jongler avec le Dernier dans la poussette ou dans l’écharpe, s’énerver encore et encore parce que, décidemment, aucun enfant de moins d’1,20 ne comprend ce que signifie le verbe « se dépécher », mettre et démettre cette foutue table pour gober un repas, toujours oublier quelque chose quand ce n’est pas le sac complet, rentrer vidée de toute énergie et se dire qu’il faut encore attaquer les bains et le repas du soir… c’est un merdredi. Un merdredi « normal ».  Si tu rajoutes un ou plusieurs réveils noctures, une petite maladie, une grosse colère de l’un ou l’autre, tu obtiens un vrai merdredi de compet’ !

Et parfois, quand tu as vraiment de la chance, tu obtiens même un jerdi et un verdredi. Mais c’est beaucoup plus rare.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Be Sociable, Share!
,
Trackback

4 commentaires untill now

  1. Suzie 27/06 à 3:02

    Ben dis donc, t’as les mêmes merdredi que moi ! L’horreur le mercredi… Du coup, mon n°2 m’a dit : « l’année prochaine, je ne veux plus faire de tennis, je veux être tranquille le mercredi ! »… Le pire c’est que l’année prochaine, il y a tellement de trucs de prévu avec 3 enfants en âge de pratiquer des activités qu’on en a collé aussi le samedi ! On va avoir 2 jours à courir partout, mais au moins le samedi, il y aura le papa pour participer… Pff, faites des enfants qu’on nous avait dit !

    [Répondre]

  2. Béatrice 27/06 à 3:56

    Ici c’est étalé … un petit peu tous les jours … et puis ce n’est pas très loin … et les Grands peuvent presque se débrouiller seuls …

    [Répondre]

  3. bourriquette 28/06 à 5:42

    Ici, c’est la campagne avec les trajets en voiture d’une demi-heure aller minimum…le sport en moins pour la maman quoi!

    [Répondre]


  4. […] mercredi étaient de bons petits merdredi, où je courais sans cesse d’une activité à […]

Donnez votre avis