Hello vous !

Avant de vous envoyer des milliers de smileys pour 2015, j’avais envie de clore l’année 2014 par un petit bilan. Car il faut dire que je n’ai pas produit beaucoup de billet.

Mon année 2014 a été un peu compliquée car je n’imaginais pas que gérer de front 3 enfants, une vie perso et une vie pro serait si fatiguant pour mon petit cerveau #Gourdasse.

Ma part « Maman aka Gouvernante de 3 Bonshommes » s’en sort très bien. Si si sérieusement. Je suis au point sur toutes activités extrascolaires, j’ai l’impression qu’avec mon mercredi libre, je suis quand même présente pour les Bonshommes, je ne rate quasi aucun rendez-vous médical ou autre (allez, un seul !), je vais au réunion de parents d’élèves, j’invite les petits copains à la maison, je fais des gouter, des gâteaux d’anniversaire de malade (Ma fierté !), je pense aux sacs de sport / piscine / judo / pique-nique / école, je signe bien tous les cahiers, je suis les devoirs… Bref, call me Mother Fucker. Mais rassurez-vous, je crie toujours autant.

Ma part « Femme » fait ce qu’elle peut. Je n’ai désespérément par perdu un gramme malgré toutes mes tentatives de non-régime. Je suis toujours habillée avec des serpillères car le seul fait de me voir dans le miroir me mine affreusement alors qu’il faut en passer par là pour se vêtir correctement. Certains jours, ça va, d’autres pas du tout. Je sais, je sais : pas grave, pas grosse, acceptation, tout çà, tout çà mais que voulez-vous, à moins d’en passer par une bonne psychothérapie, je crois que j’aurai bien du mal à accepter mon corps de maintenant, comme il est maintenant. Mais je n’ai pas encore 40 ans, il paraît que tout n’est pas perdu. Ce sont mes copines qui me l’ont dit. J’arrive néanmoins à me maquiller à peu près tous les jours, pour avoir l’air un peu moins zombie. Quand à mes ongles, ils sont dans un état déplorable à cause de ma part « Employée » dont nous parlerons plus loin.

Ma part « Epouse » se donne du mal, malgré tout ce que ma part « Femme » peut dire de son corps (et de ses ongles). J’ai trouvé une baby-sitter de compet’ que les enfants adorent (merci ma part « Maman). Je choisis donc pour chaque mois une sortie spectacle / théâtre / concert pour que Monsieur et moi prenions l’air. Ca ne peut pas nous faire de mal. Même si ça va finir par nous coûter cher.

Ma part « Employée » est au désespoir. Il faut dire que tout le cerveau est utilisé par la part « Maman » et qu’il m’arrive régulièrement d’interrompre mon suivi d’une réunion en pensant « Ai-je bien mis les clés dans le sac de Grand Bonhomme? » « Est ce que Petit Bonhomme avait son survêtement ce matin? » « Où est passé le bonnet du Dernier? » « Il faut que j’achète un cadeau d’anniversaire pour le copain du Grand »… Autant dire que ma capacité de concentration en est grandement affectée. J’aime à croire que c’est le cas de toutes les mères de familles… En attendant. je rame un peu. D’autant que (mais l’avais-je déjà dit?) mon poste actuel, bien que portant le même intitulé que celui que j’avais quitté avant mon congé parental, est complétement différent, tant sur le fond que sur la forme que sur les interlocuteurs. Voilà pourquoi, alors que j’étais revenu depuis 6 mois et que je commençais à peine à mettre un pied devant l’autre, j’ai refusé un changement de poste (pas une promotion, hein!), parce que tout reprendre à zéro me semblait insurmontable. Après un an de reprise, je suis un peu moins perdue, mais je me sens toujours aussi à la ramasse (en langage clair). Mon entretien annuel avec ma hiérarchie est pour bientôt, je pense que je vais en baver…

Ma part « Copine », pour finir, se porte comme un charme. Quitter le cadre du congé parental et reprendre une vie sociale m’a fait le plus grand bien : Quelques sorties entre copines, le contact quotidien d’une équipe de travail absolument fabuleuse, d’autres parents de mon âge avec les mêmes galères que moi, aussi sympathiques que prévenants. Le rire, ou au moins le sourire, sont constants. Heureusement qu’ils sont là.

Voilà, à nous toutes, on a un peu galéré en 2014 mais toujours en gardant le sourire (même en octobre…). J’espère juste qu’en 2015, on se marchera un peu moins sur les pieds.

Rendez-vous sur Hellocoton !

alliances Nashii

Les alliances sont les symboles du mariage.

Au début, elle était lisse, neuve, parfaite.
Les premiers jours, je la sentais à mon doigt. Comme un truc bizarre. Je la touchais avec mon pouce et j’éprouvais, il faut l’avouer, une certaine fierté. Je m’amusais à la retirer de temps en temps, facilement, pour relire la gravure.

Et puis les années ont passées.

Aujourd’hui, elle est à mon doigt à chaque instant et je ne la sens plus. Elle est là et puis c’est tout.
Après trois grossesses, j’ai grossi et elle me serre un peu. Parfois même elle me fait mal. Quand j’arrive à la retirer, elle laisse une marque autour de mon doigt. Un marque qui semblerait ne plus vouloir partir, même si le temps passait. Elle est comme incrustée. Elle a également créer une petit cale au niveau de la paume de ma main.

Bien entendu, après tout ce temps, elle n’est plus lisse, elle est marquée de dizaines (de centaines?) de petits coups, griffures rayures. Elle a morflée comme on dit. Mais elle est toujours intacte. Tout comme la gravure.

Cette alliance est à l’image de mon mariage.
Parce qu’aujourd’hui, 20 mars, ca fait 10 ans que Monsieur et moi nous sommes dit Oui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Notre équilibre est fragile. Non, je ne parle pas de l’équilibre de la planète, ni de la nature, ni d’une guerre à venir. Non, très égoistement, je parle de l’équilibre de ma famille.

Au départ, nous étions 2. Enfin 1 + 1. J’avais mes occupations de mon coté, Monsieur avait ses occupations de son coté et au milieu, nous avions nos activités communes. Activités communes, qui, soient spontanées, soient construites et réfléchies, étaient le fruit d’une démarche volontaire, afin de construire une vie à deux. Car il faut bien avouer qu’au départ, nous n’avons pas tellement de point commun. A se demander comment nous en sommes arrivés là.

Et puis Grand Bonhomme est arrivé, mettant un grand coup de pied dans le Kapla. Et il nous aura fallu plusieurs mois, quasiment une année pour construire une vie à trois à peu près correcte. La faute à mon excessif sentiment maternel qui laissait peu de place à Monsieur dans mon couple « mère-enfant ».

2 ans plus tard arrivait Petit Bonhomme et rebelotte. Et il me manquait quelque chose. Impossible de savoir pourquoi mais je finissais par en vouloir à tout le monde et à moi même également de ne pas être « heureuse ». Difficile d’exprimer ce sentiment là mais il est particulièrement désolant de se dire « T’as tout pour être heureuse » et de ne pas le ressentir.

Professionnellement, mon travail m’intéresse mais rien de bien passionnant. Personnellement, à part me consacrer à mes enfants, je n’arrive pas à me sentir « accomplie ». J’ai laissé trop de chose en suspend. Je me sens vide et sans intéret. Et pourtant, sans trop savoir ni comment, ni pourquoi, j’ai réussi à rédresser la tête, à repartir sur ma route.

Il y a 1 an, nous commencions tout juste à retrouver un semblant d’équilibre quand Il s’est pointé

Le bilan aujourd’hui n’est pas vraiment positif mais probablement moins négatif qu’avec l’arrivée de Grand Bonhomme. Bref, les Bonshommes, Monsieur et moi nous efforçons de retrouver l’équilibre que nous avons perdu. En fait, je n’aime pas le mot « perdu », je préfère « égaré » car cela signifie pour moi qu’il reste une chance de le retrouvé. Je pars à sa recherche…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Depuis dimanche, nos deux Bonshommes sont partis en vacances avec BôPapa et BelMaman. 4 jours « open » et 4 nuits « good sleeping! ». Ahhh.

C’est comme ca que le soir même, Monsieur et moi avons décidé de nous faire un ciné. Parce que « Le cinéma, c’est mieux au cinéma ». Le deuxième depuis le début de l’année. Youpi.

15 min de trajet, arrivons bien à l’heure. Pour info, c’était pour Harry Potter. Pas forcément le meilleur film du moment mais plutôt la suite d’une épopée, puisque bizarrement, lorsque nous n’arrivons à aller au cinéma qu’une fois dans l’année, il y a toujours Harry Potter à l’affiche. Le destin quoi !

Film terminé, nous repartons vaillamment, traversant le parking enneigé et hop, 15 min plus tard, à la maison. Enfin, à la maison… je veux dire, devant la porte. Mais où sont les clés? Ben dans mon sac. Mais il est où mon sac? OUI, C’EST VRAI, IL EST OÙ MON SAC ?

Putain de bordel de merde. Au cinéma ! Il est au cinéma ! Sous mon siège où je l’avais soigneusement glissé avant la séance!

Monsieur aurait pu m’étrangler, il l’aurait fait illico ! Au lieu de ca, il m’a fusillé du regard et  j’ai entendu « Putain tu fais chier » pendant tout le trajet. Autant dire un certain nombre de fois. Même un nombre de fois certain.

Et 15 min, c’est très très très long quand on n’a plus son chéquier, ses papiers, les papiers de la voiture, les clés et les bons d’achat de Noël. Intérieurement, j’ai béni le ciel d’avoir oublié mon porte feuille à la maison avant de partir et laissé l’appareil photo que je prends tout le temps, sur la table du salon.

Haletante, tremblante et très très angoissée, je me précipite au cinéma. Je bouscule un peu le type de l’entrée qui veut mon ticket pour le laisser passer… il m’envoie vers la dame de la sécurité.

« J’étais à la séance d’avant – Il faut me laisser entrer – J’ai oublié mon sac dans la salle – Celle d’Harry Potter » le tout entrecoupé de tressautements hystériques et de respirations saccadées.

– Vous êtes Mme Maman?

– ….???? Oui.

– Et votre mari, c’est Monsieur?

– ben oui…

– alors c’est bon, on nous l’a rapporté tout à l’heure. Je vais vous le chercher.  »

Et bien, après vérification, rien ne manquait. Pas un chèque, pas un bon d’achat, rien de rien. Il y a encore des gens honnêtes sur terre, c’est rassurant. Big kiss à toi, oh mon bon samaritain !

En attendant, j’ai retrouvé Monsieur qui instantanément, à repris son sourire moyennant un « T’es quand même un peu boulet, hein? Le nombre de fois où tu perds des trucs! ». D’abord, c’est pas vrai. Je ne perds pas. J’égare momentanément. Rien à voir. Et puis jamais un sac. Non, vraiment jamais.

Du coup en rentrant, on s’est fait un petit apéro et un plateau télé rapido avant de regarder Un prophète. Parce que, finalement, le cinéma, c’est bien aussi à la maison…

Rendez-vous sur Hellocoton !

… à moitié pardonné !

Ce week end, j’ai fait mon coming out. Euh, non, je ne quitte pas Monsieur pour une belle blonde. Mais oui, j’ai fini par avouer à Monsieur l’existence de MamanNashii sur le net.

Il faut dire que l’idée me travaillait depuis la naissance de ce blog. Mais j’ai décidé de cracher le morceau parce que tapoter en cachette ou au boulot, c’est un peu limite. J’avais l’impression d’être un agent secret en mission, changeant rapidement de page lorsque l’homme se pointait…

Est ce que je regrette? A la fois, oui et non.

Oui parce que ca fait bizarre d’écrire ces lignes en pensant à ce qu’il pourrait bien en dire.

Et non parce que maintenant, j’ai l’impression d’être en paix avec mon couple. Et que, si par miracle, je suis invitée à une super animation de la mort qui tue, je n’aurai pas à utiliser d’excuses stupides pour m’absenter. Allez, allez, plus rien ne me rentient, envoyez les invit’!

De toutes façons, il va bien falloir que je passe outre le regard de mon homme sur mon écriture car l’idée de ce blog, c’est bien d’écrire à des « copines », à des mamans comme moi et pas à Monsieur.

Reste plus qu’à espérer qu’il soit trop occupé pour le lire tous les jours.

A bon entendeur…

Et vous, le regard de votre moitié, c’est pesant ou bénéfique?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

La semaine dernière, c’était mon anniversaire. Ouais, j’ai 31 ans !

Et comme tous les ans, j’ai eu droit à l’éternel question : « tu veux quoi pour ton anniversaire? »

Et comme tous les ans, j’ai répondu : « je ne sais pas… rien en fait, je n’ai besoin de rien! » Ce qui est vrai. Et faux aussi.

Oui, effectivement, je n’ai besoin de rien. Après tout, j’ai une belle vie, je m’achète un peu ce que je veux, quand je veux. Je n’ai pas de nécessité qui ne soit pas satisfaite.

Mais est il nécessaire d’avoir un besoin pour recevoir un cadeau? La recherche d’un présent et l’originalité ne sont pas le fort de ma famille et de mon entourage. Du coup, en général, je n’ai rien ou alors un chèque pour « m’acheter ce que je veux ». Dire que je trouve ca génial serait mentir mais je ne m’appitoie pas non plus, hein? Après tout, c’est vrai, je n’ai qu’à dire ce que je veux vraiment !

J’envisage de placarder une liste sur le frigo avec « Idées cadeau pour occasions diverses »

– un massage juste pour le plaisir

 

– un super resto dans Paris en amoureux

– une nouvelle paire de boucle d’oreilles

– ou même juste un bon bouquin !

Et vous, les cadeaux d’anniversaire, vous les choisissez ou vous les attendez?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ça fait plusieurs jours que je n’ai pas posté de billet. et pourtant, j’ai beaucoup de choses qui se bousculent dans ma tête. Alors dans la série, ce blog est ma thérapie, aujourd’hui, je vide mon sac.
Beau-papa et Belle-maman ont débarqué pour le week end. C’est chouette. Et c’est pas chouette.Bien sur que les Bonshommes sont super contents de voir Papy et Mamy. Faut dire qu’on autorise plusieurs écarts au code de conduite habituel : apéro, diner tard avec les grands et coucher tardif également. Mais moi, je pers un peu de mon espace vital. Je vis pas dans 200m² ! Du coup, on se marche un peu sur le pied. La cohabitation, quoi !

Pas facile de s’engueuler avec Monsieur quand on a le regard de notre propres parents dans le dos. Pas facile de se faire parents, de faire appliquer les règles quand les visiteurs s’évertuent à les contourner.

Moi – « Poses ton pain, tu en a assez mangé. Mange des légumes maintenant ».
BM – « Allez, une toute petite patate et t’auras un autre bout de pain ».
Moi à la librairie- « Repose ce magazine, tu as déjà plein de lecture à la maison ».
BP en chuchotant – « je te l’acheterai demain ». Et effectivement, le lendemain…Regnognodrdffsdkljfkj !!! Non, mais dis donc, t’as pas entendu ce que je viens de dire ! c’est qui la mère, là ! t’es sourd? j’ai dis NON ! Nom de dieu, ca commence à me gonfler ! ….. Bon, ca, je l’ai pensé mais je ne l’ai pas dit. Je sais me tenir. Je suis pour la paix des familles. Enfin, je fais de mon mieux.

Respire, souffle, respire, souffle.

Ça c’était le premier point. Parce qu’en plus de ça, Grand Bonhomme a emménagé dans son nouveau lit de grand. Un lit 1 personne en hauteur (petit hauteur). Et il en est super perturbé. Trop chaud? Trop haut? Trop tôt? On ne sait pas trop dire ce qui cloche, mais il y a bien quelque chose qui cloche… retour des pipis en pleine nuit. Voir même, des pipis au lit.

Et avec tout ca, vous me remettrez bien un petit coup de fatigue en plus, hein? Évidemment. Parce que Petit Bonhomme ralouille de plus en plus la nuit, donc je berce et je câline à volonté.

Résultat : sommeil perturbé. Le mien.A genou, j’vous dit, à genou que je suis. Rétamée.

Et je vous épargne les :

« t’es sure que t’as encore du lait? » (et les biberons, là, dans le frigo, c’est du pipi de chat? 500ml par jour qu’elle fait, la dame !).
« Tu comptes l’allaiter encore longtemps? » (t’imagines même pas ! ).
« Maintenant, tu lui donnes à manger… » (waouh, heureusement qu’il a des légumes maintenant parce qu’avant, il ne mangeait pas. Il a grossi par magie!)
Bref, j’en ai encore pour une petite semaine et après… et après on verra.
Sachant qu’avec tout ca, Mon Monsieur et moi-même sommes en pleine déconfiture… je pense qu’il faudrait que je détaille un peu. Mais plus tard parce que là, j’en ai déjà plein la barquette alors si je commence, je vais très mal finir. Chaque chose en son temps.
Et je vous parlerai aussi de « Signe avec Moi » qui vient de faire son entrée à la maison.
Allez, j’y retourne. Mon marathon du soir commence…
Rendez-vous sur Hellocoton !

Cette semaine est vraiment une semaine catastrophique. D’abord pour toutes ces petites choses que je vous ai raconté mais aussi toutes les autres que je n’ai pas dites… et qui font que voilà, c’est dur, dur !

Alors hier soir, je me faisais une joie d’être invitée pour le pot de départ d’un collègue. Oui, elles sont super loin les paillettes et les super invit que les grandes blogueuses que nous connaissons toutes reçoivent. Moi, c’est plus terre à terre. Et ca parrait super anodin un pot de départ, hein? Mais il se trouve que c’était ma première sortie à moi toute seule avec des copines et surtout hors du bureau. Oui, je sais, tu m’envies. Et parce que même si ce n’est qu’un pot de départ de collègue, c’est quand même plus cool que la cantine à midi.

Bref, j’étais ravie. J’avais bien tout préparé : les biberons de lait pour le soir, les Bonshommes étaient coachés par leur père, je pensais avoir tout prévu. Et ben non.

20h45. Oui, tu lis bien. 9 heures moins le quart ! Appel de Monsieur – identification immédiate d’une voix bien énervée :
« Ca va?
– …. oui??
– j’espère que tu rentres pas tard parce que Petit Bonhomme, il ne veut pas de son biberon !!! Il pleure depuis 3/4 heure.
– mais qu’est ce que j’y peux, moi? Il boit bien des biberons dans la journée !
– oui, mais là, il ne veut rien manger et il n’a presque rien bu aujourd’hui…
– t’as bien fait chauffé le biberon, il n’aime pas’…..
– (Monsieur me coupe la parole) oui, c’est bon, j’ai essayé super longtemps !!
– (que dire à part : ) bon, bah, je rentre. »

Booooouuuuuuhhhhh, j’étais dégoutée. Et la seconde suivante, j’étais vraiment énervée. Car pour une fois que je pouvais un peu, un tout petit peu, me changer les idées…

Me voici donc au volant de ma voiture, la radio bien forte parce que je trouve que ca défoule bien. Je dois avouer que j’ai conduis « dynamique ». Pas de temps à prendre. A 21h05 maxi, je franchissais le pas de la porte, balançant mon manteau d’un coté et mes bottes de l’autre. J’ai attrapé mon Petit Bonhomme, qui couinait lamentablement pour le coller au sein.

Monsieur : – bah, attends j’allais essayé un biberon plus chaud.
Moi : – non mais tu plaisantes, j’espère ! Tu ne m’as pas fait quitter ma soirée pour te regarder lui donner le biberon. Si tu voulais essayer, il fallait le faire avant de m’appeler.
Lui : – t’as l’air fachée…?
Moi :…
J’ai préféré ne pas répondre. Mais oui, je suis fachée : parce que je voudrais bien avoir un minimum de liberté et toi, un minimum d’autonomie ! C’est quand même pas compliqué à comprendre !

Et là, coup de grâce : « si tu lui donnais un biberon tous les soirs, il accepterait sans problème que je lui donne ».
J’avoue que là, je n’ai pas pu m’empécher de sourire… jaune. « Mais oui, c’est cà, je vais lui donner un biberon tous les soirs pour être tranquille le seul soir en 5 mois où je voudrais sortir ! Et tous les autres soirs, où tu n’es pas là, je me complique la vie pour rien ! »

Nan mais, sans déconner ! Y’a plus rien à répondre, là !

En fait, il était surtout super déçu que Petit Bonhomme ait refusé le biberon… mais il a juste oublié de le dire comme çà. Ah faut le décoder mon Monsieur…

Et accessoirement entre 21h30 et minuit, j’ai eu le temps de faire 2 cakes (pour le repas de Noel du service), lancer une lessive, vider un sèche linge, préparer une deuxième lessive… avant d’aller me coucher. Et c’est qui la « super maman qui gère tout à 100% et 24h/24 »?? C’est moooaaaaa. Oui, je sais, là aussi, tu m’envies.

Rendez-vous sur Hellocoton !