Il y a quelques temps, je vous ai parlé de mes premières confections de sorbets. Faciles à faire et délicieux à déguster. Attention, n’oubliez surtout pas de repasser les sorbets au mixer ou au blender après une première congélation pour casser les cristaux et apporter la texture onctueuse tant recherchée.

Sorbet aux groseilles, un classique toujours réussi,

Sorbet aux cerises, finalement le moins bon car trop « croustillant » de cristaux et pas assez onctueux, je crains d’avoir mis trop d’eau,

et Sorbet au melon, mon préféré, totalement mousseux, véritablement délicieux.

J’ai oublié de vous parler du sorbet banane, franchement pas terrible. Il faudrait lui préférer la glace mais je n’ai pas encore eu le temps. Donc, passons.

Et finalement, j’ai tenté le sorbet aux groseilles mais groseilles blanches ou rosées : un vrai délice !

Ca vous a plu? Vous en voulez encore?

Et bien nous y voilà. Retour de vacances, toujours les bras chargés de fruits récoltés chez PapaMaman. Soit 6kg de mirabelles (on n’est pas Lorrains pour rien), 1,4kg de poires (« à consommer rapidement qu’il a dit, Papa) et 2,3 kg de groseilles rouges.

De quoi nous occuper un peu.

Je laisse de coté les recettes du Crumble Fruits Rouges (groseilles et fraises) et de la tarte aux mirabelles pour plus tard. Restons dans le congélateur.

Sorbet aux poires, sur une recette reprise ici.

Peler et évider 1,4kg de poires. Les couper en morceaux et les mettre dans un plat creux.

Mélanger 1l d’eau, 300g de sucre en poudre, un gousse de vanille fendue et les jus de 2 citrons. Porter à ébullition 2 à 3 min. Verser le sirop obtenu sur les poires. Couvrir et laisser reposer 12h au frégidaire (perso, j’ai laissé 24h).

Egoutter les fruits et conserver le sirop en retirant la gousse de vanille. Mixer les fruits en purée et ajouter éventuellement du sirop pour liquéfier un peu la préparation si nécessaire. Personnellement, j’en ai mis très peu.

Mettre le tout au congélateur. Remixer tout le lendemain et recongeler. C’est prêt !

Sorbet aux mirabelles d’après cette recette.

Dénoyauter 1 kg de mirabelle.

Mettre à cuire 10min au micro onde avec 100g de sucre en poudre.

Mixer le tout et ajouter le jus d’un citron et 2 cuillères à soupe d’eau de vie de mirabelle.

Mettre à congeler. Remixer tout le lendemain et recongeler. C’est prêt à déguster !

Bon, maintenant, j’ai l’air maligne, le congélateur déborde.

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,

Comme je vous l’indiquais vendredi, notre frigo regorge de fruits. J’ai donc profité de mon week end pour le vider un peu… et remplir le congélateur.

D’abord Sorbet à la Cerise.

La recette piquée ici, disait de mixer les cerises dénoyautées. Moi, rebelle, j’ai décidé de les cuire un peu pour les passer au presse purée (quantité : 800g de cerises dénoyautées, mélange de cerises rouges et de cerises aigres).

Ajouter le jus d’un demi-citron.

Préparer un sirop, en portant à ébullition 200g de sucre en poudre dans  1/4 de litre d’eau.

Lorsque le sirop est refroidi,  le mélanger avec le jus/purée de cerises.

Mettre au congélateur en le passant 30 mn en sorbetière. Comme je n’ai pas de sorbetière, j’ai piqué une bonne idée sur internet : passer le sorbet ainsi obtenu au mixer pour casser les cristaux.

Résultat : un magnifique sorbet très mousseux à remettre au congélo, avec un délicieux goût de cerise très marqué.

 

Le suivant : Sorbet au Melon.

Prenez la quantité de melon de votre choix. Pour moi, ce sera un demi gros melon. Réduisez la chair en purée à l’aide d’un blender (j’ai trouvé ca plus efficace que le mixer). Mesurer la quantité obtenu. Pour 1/2 litre de chair, ajouter 150g de sucre en poudre et repasser le tout au blender.

Mettre le tout au congélateur. Un fois pris, repasser le tout au miser comme précédement.

Résultat: encore un bon sorbet maison. Et original !

Bref, si j’avais su que faire des sorbets était si simple, je crois que je m’y serai collé beaucoup plus tôt. Surtout pour l’été !

De quoi fêter dignement notre 14 juillet !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,

Quand j’étais petite, je vivais à la campagne. Et l’un des plaisirs de la vie à la campagne, c’est la culture et la cueillette des fruits. La plupart du temps à même l’arbre, à califourchon sur une branche. Hélas, nous, pauvres petits franciliens sommes privés de ses plaisirs simplissimes. Nous sommes contraints de ne rassembler quelques vivres que lors de nos virées en famille lointaine.

Et voilà pourquoi ce week end, nous sommes rentrés les bras chargés de groseilles, cerises et framboises. Le problème, c’est qu’il faut s’en occuper très vite au risque de se retrouver avec des paquets de fruits tout pourris inondant le frigo.

En premier lieu, j’ai voulu retrouver le goût des glaces à la groseille que ma maman me faisait dans des petits tupperware blanc. Ma madeleine de Proust en sorte.

sucette mum

J’ai d’abord trouvé des « moules à sucettes » Tupperware, au design franchement plus moderne que ceux de ma bonne maman.

sucette moi

Et mardi soir, j’ai testé ma première recette : le Sorbet à la Groseille piqué ici.

Faites chauffer 600g de groseille avec 15cl d’eau jusqu’à ce que les grains éclatent et rendent leur jus.Hors du feu, passez le mélange au  moulin à légumes (presse purée) pour récupérer un max de jus. Ajoutez 200 g de sucre en poudre et 1 cuillère à café de maïzena. Mélangez bien jusqu’à dissolution complète.

Là, normalement, il faut l’intervention d’une sorbetière que je n’ai pas (c’est pas faute d’avoir essayer chez Electroméninges).  Tant pis.

J’ai donc rempli les 6 petits moules à glace Tupperware et versé le reste dans une boîte et hop, tout collé au congélo.

Ce soir, j’ai enfin pu faire goûter à Grand Bonhomme ces magnifiques petits sorbets. Mmmmmm…. trop génial. Certes, pour les petits, c’est un peu sucré mais tellement bon.

Allez, à vos fourneaux moulins à légumes !

Edit 15/08/09 : après plusieurs sorbets, j’ai découvert qu’en absence de sorbetière, la texture du sorbet peut être grandement amélioré en le repassant au mixer après première congélation. Bon à savoir.

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,

Ce week end, j’ai voulu trouver une recette qui me permettrait de combiner le plaisir d’utiliser mon super Ken et la joie de faire la cuisine avec mon Grand Bonhomme. J’ai donc d’abord pensé à des petits sablés, alors hop, j’ai fait des shortbreads. Mais il faut noter que la recette faite au robot est quand même moins réussi que celle qui se tatouille à la main…
Ensuite, j’ai pensé à des cookies aux pépites de chocolat. J’ai tapé sur internet « blog cuisine les meilleurs cookies pépites de chocolat » et j’ai obtenu ca.

Alors, je vous la refait :

Ingrédients pour 35 cookies :
– 250 g de beurre mou
– 350 g de sucre roux (moi, je n’avais que du blonc)
– 1 oeuf
– 1 sachet de sucre vanillé (mais compte tenu de la quantité globale de sucre, peut être qu’il faudrait de l’extrait de vanille…)
– 375 g de farine
– 300 g de pépites de chocolat noir (mais, j’ai fait 200g de chocolat noir et 100g de chocolat corsé mais les variantes de combinaison de pépites se font à l’infini)
– 50 de pralin en poudre (ca, j’en avais pas et j’ai oublié de faire un mélange noisette /amandes)

Préparation :
Ken a mélangé le beurre mou et le sucre
– Puis on mélange encore avec ll’oeuf et le sucre vanillé
– En y ajoutant la farine et le chocolat (et le pralin pour qui en a), Ken baisse les bras. Alors, hop tout sorti et j’ai fini à la mimine.
– J’ai formé des boules de 3 à 4 cm de diamètre environ sur du papier sulfurisé. La pâte s’étale évidemment à la cuisson donc il faut laisser un peu d’espace entre les cookies.
– Cuisson : 10 min à 180°C. J’ai fait la seconde fournée 11 ou 12 min à 180°C, je dois reconnaitre que le résultat était un peu meilleur.

Résultat:
Je ne sais pas si ce sont les meilleurs cookies du monde car mon expérience dans ce domaine est plutôt limitée mais je confirme qu’ils sont vraiment super bons. Monsieur les a gloutonné rapido presto et je ne parle pas de Grand Bonhomme qui aurait même accepté de manger des légumes s’il avait fallu, juste pour en prendre un, puis deux, puis trois…
En plus, c’est vraiment rapide à faire. Un seul point donc, il faut modifier légèrement le temps de cuisson selon la taille des boules de départ.

A vos fourneaux les minettes. Vos loulous apprécieront !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , ,

Ce week-end, c’était la Saint Valentin. Chez nous, point de diner romantique. D’abord parce que Papy et Mamy étaient là et que j’ai fait le choix de passer du temps avec eux plutôt que d’aller au resto avec mon amoureux. Choix non stratégique, peut être. Mais bon.
Ensuite parce qu’entre Monsieur et moi, en ce moment, c’est pas vraiment la love story d’antan. Mais passons.

Ceci étant, mon Valentin avait décidé d’utiliser un bon de réduction daté pour me faire un cadeau. J’avais précédement (c’est à dire à Noel) jeté émis l’idée d’avoir un mixer pour faire de la soupe. Santa Klaus, lui, ne l’entendait pas de cette oreille. Cette fois ci serait donc la bonne. Mais Monsieur estimait, grand seigneur, que tout de même, je méritais mieux. Aussi, il a jeté son dévolu sur le Kenwood FP 250 que voilà
Je n’ai pas l’habitude de cuisiner au robot, il faut donc que je trouve quelques recettes. En attendant ma seule tentative a été de monter des blancs en neige et j’avoue que le résultat est bien meilleur que ce que j’obtiens avec mon batteur electrique habituel. Reste à savoir si je vais l’utilliser sur le long terme. C’est un peu le risque avec les robots, la lassitude. Et ils finissent sur le coin d’un plan de travail à prendre la poussière. Quand ils ne sont pas tout simplement relégués au fond d’un placard.

Au moins, il pourra toujours servir à faire les purées de Petit Bonhomme !

Rendez-vous sur Hellocoton !
,