Tiens, ca faisait longtemps que je ne vous avais pas livré une petite recette du week end. Celle là, en fait, date de quelques jours mais ca vous ira bien quand même, hein?

Tout a commencé quand j’ai souhaité faire une charlotte aux poires, pour laquelle il faut une crème anglaise. Que d’habitude, je me contente d’acheter… Sauf qu’à 21h30, il n’y plus de Monop’ ouvert. Et pas de petite épicerie ouverte jusqu’à 2h du matin dans mon quartier… Une seule solution : la faire moi même, ce qui consomme des jaunes d’oeufs. Et que reste t’il? Des blancs. Pleins de blancs.

Alors j’ai commencé à fouiller mes trop nombreux livres de recettes pour savoir quoi en faire. Réponse : pas grand chose.

Alors là, j’ai pris Marmiton et j’ai tapé « dessert / blancs d’oeuf sans jaunes d’oeufs ». Trop facile.

Macarons noix de coco rhum raisins (modifié selon les commentaires)

Monter 2 blancs en neige ferme et ajouter 100g de sucre en continuant de fouetter.

Verser un peu de rhum à 100 g de noix de coco en poudre.

Ajouter cette préparation et quelques raisins secs aux blancs sucrés et mélanger délicatement.

Former des petits tas (3 cm de diamètre) sur une plaque de pâtisserie et enfourner pour 10min à 200°C.

Résultat : j’ai été particulièrement étonnée du moelleux et de la légerté des petits rochers obtenus. J’ai trouvé ca délicieux mais un peu trop sucré. A la prochaine tentative (la vôtre ! ), je propose de gonfler les raisins dans le rhum et de diminuer le  sucre à 75g. A servir avec un petit café liégeois par exemple.

Macarons chocolat noisettes amandes (modifié selon les commentaires)

Monter 3 blancs en neige ferme et ajouter 200g de sucre en continuant de fouetter. Puis 6 cuillères à soupe de cacao en poudre, toujours en fouettant.

Ajouter cette préparation 200 g d’un mélange amande et noisette en poudre de votre propre composition (perso : 65g de noisettes et 135g d’amandes) et mélanger délicatement.

Former des petits tas

et quelques raisins secs aux blancs sucrés et mélanger délicatement.

Former des petits tas (3cm de diamètre) sur une plaque de pâtisserie et enfourner pour 5min à 200°C.

Résultat : la pâte est un peu épaisse pour former les boulettes donc le résultat n’est pas très esthétique mais le moelleux était au rendez vous. Par contre, à refaire, je ferais des tout petits tas et je les souderais deux par deux avec du nutella ou une ganache chocolat tout simple.

N.B. : Évidemment, j’ai encore tout avalé avant d’avoir pris la moindre photo ! Je suis une lamentable blogueuse…

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,

Ces temps si, nous traversons une période difficile avec Grand Bonhomme. Et compte tenu des difficultés de communication, nous avons décidé de faire appel à une psychologue pour nous traduire un peu le comportement décalé de notre loulou.

Globalement, je suis assez satisfaite de l’entretien que nous avons eu. Elle a pris le temps de m’expliquer beaucoup de chose et de parler à notre Bonhomme. En résumé, Grand Bonhomme est un enfant entier, hyper exigeant avec lui même et les autres et ne souffrant pas l’imperfection.

Donc, dès que les choses ne se passent pas exactement comme il souhaite, ca commence à faire des noeuds dans son cerveau, jusqu’à ce que ca coince. Il a une image en tête, qui représente son idéal. Et si la réalité ne lui correspond pas, c’est le refus net et immédiat.

C’est vrai pour les bonshommes qu’il dessine, par exemple. Si le dessin n’est pas parfait (alors qu’il est super beau ce bonhomme avec sa grosse tête et tous ses doigts), il le jette en disant qu’il ne sait pas faire et qu’il n’est pas beau.

C’est vrai aussi quand il faut accepter de ne pas faire les choses complètement. Un blouson se porte fermé jusqu’en haut, ou pas du tout (Rrrrrr). Les raies de chocolat doivent être mangés entière, ou pas du tout (RRRRRrrrrrrr). Bref, la notion du « tout ou rien » appliquée à la lettre.

C’est vrai aussi quand il faut accepter les sentiments ambivalents, comme « j’aime très fort ma maman » mais dès fois « ma maman m’ennerve » (là, je cite la psychologue…), du coup, je pense que je suis vilain et si je suis vilain, c’est complètement et il faut me punir… et c’est pour ca que je ne veux plus vivre avec maman parce que je pense que je ne le mérite pas.

Du coup, quand une crise commence, je (c’est Grand Bonhomme qui parle, hein?) ne me sens pas bien je voudrais bien un calin de ma maman parce que je l’aime fort, mais je suis en colère, donc je ne veux pas de calin, mais quand même, je veux un calin parce que je suis malheureux, sauf que maman m’ennerve, donc je ne veux pas de calin… et je crie et je pleure parce que je ne sais pas comment faire sortir tout ca autrement.

Respire. Souffle. Respire. Souffle.

Hier soir, je suis rentrée et les deux monstres se battaient pour une paire de raquettes. J’ai donc tout confisqué pour obtenir un peu de calme. Et j’ai eu d’emblée des hurlements du Petit et une crise du Grand.  Putain de raquettes de merde. Super Nounou et Maman de Garde Partagée étaient estomaquées d’un tel comportement. J’ai bien senti toute la compation dans leur regard. Super Nounou m’a même proposé d’aller prendre un bain pour me détendre et j’ai du avouer que mon dernier bain remontait… à l’accouchement de Petit Bonhomme. Rien que de le dire, ca m’a fait monter des larmes aux yeux. Pffff, trop nul.

Du coup, pleine de stress, de cerveau qui tournait en boucle, sans trouver le repos, j’ai décidé d’appliquer un nouveau soin destressant et nourrissant…. la fabrication de Petits Macarons au Chocolat. Ca m’a pris 3 h, je me suis couchée à 1h du matin, avec beaucoup de peine pour trouver le sommeil. Mais au moins ce matin, j’avais ces petites merveilles à me mettre sous la dent. Oh pur plaisir immédiat de la ganache au chocolat qui fond sur la langue… Je suis faible.

macaron3

 

macarons2

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,