judo-victoire-petit-bonhomme

J’ai eu beau rechercher sur les précédents billets, je ne retrouve plus à quel moment j’ai parlé des activités extra scolaires de l’année passée et de l’année à venir.

Ce petit bilan me plait bien alors c’est parti :

L’année dernière, Grand Bonhomme (qui était donc en CE1) faisait du judo pour la 3ième année et du tennis pour la deuxième année. Petit Bonhomme (en GS) de son coté faisait du judo pour la 1ière année, du baby-athlétisme pour la 2ième année, du tennis pour 1ière année et de l’éveil musical pour la 1ière année. Quand je l’écris, je me dis que ca fait beaucoup. En même temps, Petit Bonhomme est un garçon plein d’énergie et qui voudrait tout faire. J’avais donc tenté des coups variés en me disant qu’on aviserait l’année suivante. L’année suivante, c’est maintenant.

Contrairement à l’année précédente, Grand Bonhomme n’a pas remporté de Coupe lors de la rencontre de Judo de fin d’année et pourtant, il était toujours aussi motivé. Je comprends qu’après 3 ans, il aime bien ce sport et apprécie de le pratiquer, plus seulement pour les copains ou les victoires mais pour le plaisir. Et perso, je trouve ca très chouette. De son coté, Petit Bonhomme nous a carrément épaté lors de ses combats. Il a masterisé ses petits camarades, y compris les enfants de ceinture supérieure. J’ai eu le rose aux joues quand son entraineur est venu me demander avec insistance de le réinscrire l’année suivante (ce qu’il ne m’a absolument jamais demandé pour Grand Bonhomme…). #Fierté.

Compte tenu des nouveaux rythmes scolaires (hum hum hum), nous avons dû oublier le tennis. Ce que j’ai fait sans trop de regret, d’abord car il fallait prendre la voiture pour s’y rendre (perte de temps, complication, etc…) mais aussi car il s’agit d’une activité bien plus couteuse que certaines autres. Pour remplacer, nous avons pris la liste des activités proposées par les communes alentours et parmi celles proposées, Grand Bonhomme a choisi Handball et/ou Escrime et/ou Arts Platiques.

Pour la simplicité et pour le coût très acceptable, nous avons opté pour le handball suivi juste après et juste à coté des Arts Plastiques.

Petit Bonhomme avait très envie de continuer l’athlétisme mais les horaires étaient assez incompatibles du reste de la semaine. Pensez donc : le mercredi, je me retrouverais à osciller entre chaque activité entre 13 et 17h… Arh, mourrez moi tout de suite. Et donc, ce sera non. (Et pour être honnête, je pense ne pas avoir privé la France d’un Stéphane Diagana 2020. Alors qu’on tient peut être un Teddy Riner… ) Que nous restait il? Eveil musical, qui s’inscrit pile poil tout bien dans l’emploi du temps et… une autre activité à choisir parmi les propositions des communes alentours. Et là, envie de tout connaitre, Petit Bonhomme voulait tout essayer : Boxe française, Capoéra, Handball, BasketBall, Escrime, Natation, Gym Sportive, Trampoline, etc. Oulala, mon Bonhomme, il va falloir choisir ! Excluant tous ceux qui ne rentrent pas dans le planning, ceux qui sont trop loin, ceux qui sont trop chers,… il a choisi Basket Ball !

Bilan après seulement deux semaines :
Grand Bonhomme trouve que le handball c’est « super génial » et que les Arts Plastiques c’est « bof mais je veux continuer quand même ».
Petit Bonhomme a eu une première séance de Basket particulièrement éprouvante car la séance s’est terminée par des tirs au panier en groupe et il s’est reçu plusieurs ballons sur la tête et le visage. C’est donc les larmes aux yeux (ouille mon coeur de maman) qu’il a achevé la séance mais les deux derniers paniers rentrés lui ont redonné du baume au coeur et il a accepté de faire la séance test suivante.

Et c’est reparti pour une nouvelle année!

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , ,

Juin, c’est la fin de l’année scolaire. C’est aussi, l’anticipation de l’année scolaire suivante. Notamment en ce qui concerne les activités extra-scolaires.

L’année dernière, j’avais réussi à organiser des mercredi plus que corrects. Pourtant Grand Bonhomme m’avait plus d’une fois fait comprendre que partir au judo le mercredi après midi et le samedi après midi n’étaient pas des horaires qui lui plaisait.

On était à deux doigts de laisser tomber quand Grand Bonhomme a gagné son championnat de fin d’année. A savoir qu’il a gagné 3 matchs de suite et qu’il est revenu avec une grosse coupe, il était RAVI ! Et du coup, le voilà hyper motivé pour l’année prochaine. Mais pas aux mêmes horaires.

Évidemment, devant tant enthousiasme, Petit Bonhomme veut lui aussi se lancer dans le judo.

Les voilà donc tous les deux inscrits aux cours de judo le soir en semaine.

Ça, c’est fait.

Mais c’était le plus facile.

Parce que ces petits messieurs veulent poursuivre le tennis, Petit Bonhomme veut continuer l’athlétisme et veut commencer la musique! En encore, j’ai réussi à les convaincre que la natation, c’était un peu trop…

Certains me diront qu’il faut les limiter, que trop d’activités les fatiguent. C’est un point de vue certes. Mais je n’arrive pas à me décider. J’aime le terme qu’emploie Cécile quand elle compare les parents à des révélateurs. Même si je fais exactement l’inverse de ce qu’elle prône, à savoir plusieurs activités au lieu d’une seule! Je souhaite leur ouvrir plusieurs portes afin qu’ils puissent choisir en connaissance de cause ce qu’ils aiment ou pas, s’ils sont plutôt sport ou musique, plutôt équipe ou individuel… L’avenir me dira si j’ai eu raison.

En attendant, je n’ai pas encore les horaires de l’éveil musical mais je pense que l’organisation des mercredis de l’année prochaine va être un peu plus compliquée que cette année !

Et quand je pense que l’année suivante, il y aura aussi école le mercredi matin…

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , , ,

Quand j’étais petite (mon dieu, le nombre de billet que je peux commencer par ces mots ?!?), notre petit village ne proposait pas beaucoup d’activités dites « extrascolaires » pour les enfants en mal d’occupation. Hormis le « centre aéré » (mais qui a pu inviter un nom pareil?), point de choix pour les moins de 6 ans. Et après, c’était souvent foot, tennis ou danse.

Pourtant, je trouve que proposer des activités surtout physiques et culturelles à des plus petits, n’est pas peine perdue. D’abord parce que cela produit de la « bonne » fatigue et non de l’énervement dû à l’abus de la collectivité. Ensuite parce que je trouve qu’il n’y a pas d’âge pour prendre goût au sport, au sens large du terme. Comment savoir si on préfère le foot, le tennis, la natation ou le patinage artistique, si on n’a pas ou si on ne peut pas essayer.

Fort heureusement pour moi, et pour mes Bonshommes, les listes d’activités extrascolaires sont plus fournies en Région Parisienne et en 2012, qu’au fin fond de la Lorraine en 1981.

Il y a deux ans, j’avais inscrit Grand Bonhomme qui entrait en Moyenne section au foot en salle.

L’année dernière, Grand Bonhomme entrait en Grande Section et je vous avais fait un petit bilan : Baby Judo et Natation.

Mes mercredi étaient de bons petits merdredi, où je courais sans cesse d’une activité à l’autre.

Cette année, je me suis à nouveau donné la peine de chercher les options disponibles. Et bizarrement, j’ai trouvé d’autres choses à leur proposer, même pour Petit Bonhomme (Moyenne Section). J’avais dû bâcler mon travail l’année précédente…

En plus du baby-judo et de la natation, j’ai trouvé : éveil musical, hockey sur glace, athlétisme, escrime, tennis, foot et aussi rugby. Quel choix!

Grand Bonhomme a voulu ab-so-lu-ment continuer le judo et à raison de 2 cours par semaine (oui, oui, c’est bien lui qui l’a demandé). Comme les cours tombaient à la même heure que la natation, il a choisi de poursuivre le judo en arrêtant la natation. Les autres sports ne l’intéressaient pas tellement, hormis le tennis.

Contrairement à toute attente, Petit Bonhomme n’a pas souhaité commencer le judo comme son frère. Par contre, il a voulu poursuivre l’athlétisme (il avait fait le mois de juin dernier à l’essai), et commencer le tennis, cette fois-ci, comme son frère.

Le plus difficile, chaque année, c’est d’essayer de synchroniser tous les cours et surtout, idéalement, avec ceux d’un autre petit copain qui pourrais permettre un trajet mutualisé.

Et puis, le miracle. En faisant des sourires à tous les professeurs et jonglant avec les horaires, voilà le résultat.

Levés le mercredi comme tous les autres jours, nous partons pour le club de tennis, où ils ont cours tous les deux à la même heure. A 10h15, nous sommes libérés… jusqu’à 14h30 ! En effet, à cette heure, nous prenons le chemin du stade pour les cours synchronisés (ouai-ais!) de judo ET d’athlétisme (elle est pas belle la vie ?), et hop, retour à la maison pour 15h30, où il ne me reste plus qu’à attendre le retour des enfants, ramené par d’autres.

Mes merdredi se sont transformés en mercredi. Des mercredi où j’ai le temps de faire autre chose que courir. Même aller à un rendez vous entre le tennis et le judo !

Et le meilleur dans tout çà : lorsque les deux grands sont au tennis, je me pose dans le tennis club, autour dune table avec les autres mamans. Le Dernier est occupé avec les autres enfants, des jouets sont à disposition, les mamans se payent des cafés entre elles… et on papote. Je veux dire que j’arrive à discuter de chose d’adultes, ailleurs que sur le parvis de l’école avec des mamans, c’est énorme !

Bref, les mercredi de l’année à venir prennent une belle tournure et j’espère que çà va durer !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , ,

Merdi : fusion des mots « merde » et « mardi ». Deuxième jour de la semaine. Journée spéciale où survienne régulièrement ennuis, virus, fièvre, bobo, départ inopiné ou en catastrophe, …

Merdredi : fusion des mots « merde » et « mercredi ». Troisième jour de la semaine. Journée très parculière pendant laquelle les enfants ne vont pas à l’école, doivent courir d’une activité extra-scolaire à une autre, tout en gérant les reliquats du Merdi (voir définition ci dessus).

Soir du mardi :les enfants sont fatigués, et vers 18h30, j’entends un « j’ai mal à la gorge » ou encore « j’ai mal à l’oreille ». Alors que le secrétariat du docteur est fermé. Que demain, y’a piscine et tout le tralala. Y va t’on? Y va t’on pas?… C’est un petit merdi. Et ca arrive régulièrement. Quoique sans gravité.

Mercredi matin : il faut extirper les enfants du lit. Judo à 9h30, il faut partir à 9h. Avec tous les enfants. « Non, Petit Bonhomme, ca n’est pas parce que tu ne fais pas de judo que tu peux rester jouer tout seul! ». En plus, on emmène un petit copain avec nous. Quand ce n’est pas l’un des miens qui est en retard, c’est le petit copain qui râle parce que c’est trop tôt. Le merdredi commence en fanfare, 20 min aller – 20 min retour, à pied avec Petit Bonhomm qui en général, traine la patte. Grand Bonhomme rentre à 10h50. Ensuite, il faut se dépécher : préparation du déjeuner qu’on engloutit en vitesse pour courir à l’athlétisme. Le Grand attend pendant que le Petit court. Puis nous migrons vers la piscine où le Petit patientera pendant le Grand nage… Vers 16h30, nous serons de retour complètement vanés. Moi, autant qu’eux. – J’ai calculé que nous faison environ 5 km à pied ou à trottinette. –

Ce mercredi là, où il faut courir, crier pour motiver les troupes, préparer des sacs et encore des sacs, prévoir des occupations, jongler avec le Dernier dans la poussette ou dans l’écharpe, s’énerver encore et encore parce que, décidemment, aucun enfant de moins d’1,20 ne comprend ce que signifie le verbe « se dépécher », mettre et démettre cette foutue table pour gober un repas, toujours oublier quelque chose quand ce n’est pas le sac complet, rentrer vidée de toute énergie et se dire qu’il faut encore attaquer les bains et le repas du soir… c’est un merdredi. Un merdredi « normal ».  Si tu rajoutes un ou plusieurs réveils noctures, une petite maladie, une grosse colère de l’un ou l’autre, tu obtiens un vrai merdredi de compet’ !

Et parfois, quand tu as vraiment de la chance, tu obtiens même un jerdi et un verdredi. Mais c’est beaucoup plus rare.

Rendez-vous sur Hellocoton !
,