A force de faire la sortie de classe de mon Grand Bonhomme, je commence à connaître un peu mieux les mamans et je suis bien contente de constater que le courant passe plutôt bien entre certaines d’entre elles et moi. Et comme j’avoue en avoir un peu assez de ne parler qu’à des êtres de moins d’1m20, je me suis enfin décidée à en inviter une de temps en temps pour un goûter improvisé à la maison.

La semaine dernière, j’ai donc lancé une invitation pour aujourd’hui (enfin hier…) à un des meilleurs copains de mon fiston, ainsi qu’à sa maman et ses 2 frères. Oui, ca fait du monde.

Le problème, c’est que ca me mets une pression monstre. Voir débarquer tout un troupeau chez moi. Et me sentir jugée. Oui, parce que, il faut bien l’avouer, le salon n’est pas toujours nickel, la serpillère n’est pas passée tous les jours et les chaussettes des uns et des autres trainent parfois ici et là. J’ai donc commencé par faire un peu – beaucoup – de rangement.

Et puis j’ai fait des gâteaux : je l’avais promis à Grand Bonhomme. Un roulé au Nutella et un cake à la banane.

Le roulé au Nutella, recette plutôt facile :

– fouetter 120 g de sucre + 3 jaunes d’oeufs
– ajouter 40 g de farine
– ajouter les 3 blancs d’oeufs battus en neige

Vous obtenez un génoise que vous étalez sur une plaque (30 x 40 cm) recouverte de papier sulfurisé et allant au four. 180°C, 10 à 15 min.

A la sortie du four, roulez la génoise avec le papier. Aie les doigts, c’est chaud ! Ah, au fait, ne me demandez pas dans quel sens il faut la rouler parce que j’hésite encore. Je l’ai roulé pour obtenir le gateau le plus court mais ce serait peut être mieux dans l’autre sens.

Quand c’est un peu refroidi, déroulez, tartinez de nutella et re-roulez.

Pour la déco, vous pouvez recouvrir de chocolat fondu mais là, j’ai pas trop le temps. Et tadammm :

Le cake à la banane, c’est celui là, sans le chocolat et sans faire caraméliser les bananes. J’ai voulu faire super vite, pendans la sieste des deux plus petits. Hop les oeufs dans le kitchen aid, à fond. Puis le sucre. Puis la farine. Puis les bananes. Et hop dans le moule au four. Je me retourne :  M**** le beurre ! Ressors le moule, vide tout dans le saladier, ajoute le beurre, touille, reverse dans le moule, retourne au four. M**** la levure ! Bon, bah tant pis pour la levure. Ca sera comme ca sera.

Et c’était tout plat mais pas si mal que ca !

Rendez-vous sur Hellocoton !
,

Ca faisait longtemps qu’on avait pas parlé cuisine par ici. Il faut dire que, maintenant que je suis tout le temps à la maison, j’ai beaucoup moins l’impression de « cuisiner » mais plutôt l’impression de « faire à manger ». Ce qui n’est pas du tout la même chose.

En passant au supermarché, j’ai acheté machinalement une caissette de sauté de porc, alors même que je n’en avais jamais cuisiné avant. Folie quand tu nous tiens !

Evidemment le net est venu à mon secours et j’ai essayé cette recette , adaptée en version rapide et facile. Les quantités m’importe peu donc voici mon expérience en vrac :

– Faire revenir un oignon émincé et les morceaux de viande dans une cocotte minute, jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
– Ajouter un verre d’eau dans lequel vous aurez dilué un demi cube de bouillon de légume et bien décoller le fond grillé de la cocotte (c’est ce qui donne le goût).
– Ajouter enfin une boite de chair de tomates, une boite de champignons de paris émincés ou non, un quart de chorizo coupé en morceaux, éventuellement un peu de vin blanc si vous en avez. Mélanger rapidement le tout.
– Fermer la cocotte et faire cuire 25 minutes minimum.
– Accompagner de pâtes ou de riz, sinon de pommes de terre que vous aurez pris soin de mettre dans la cocotte en même temps que le reste.

C’est cuisiné en 10 min, ca cuit pendant que je donne le bain et mes enfants en rafole !

Rendez-vous sur Hellocoton !
,

Petit apparté cuisine entre deux posts ronchonnades…

Les souvenirs de mon enfance sont jalonnés de courses dans les champs, de balades en forêt et de cueillettes de fruits à même les arbres. Dans ma Lorraine natale, on trouvait bien évidemment des mirabelles, mais aussi des quetches. Maintenant que je suis Francilienne d’adoption, j’avoue peiner un peu pour trouver des fruits équivalents et de qualité.

A savoir que les mirabelles sont souvent vertes et grosses comme des pois chiche et que les reine-claudes sont grosses… comme des mirabelles, alors que normalement, c’est tout de même une prune de taille bien supérieure. En résumé, rien ne vaut les fruits des vergers familiaux (avant la tempête de 1999…).

Et pourtant, cette année, pour la première fois, j’ai vu au supermarché, ainsi qu’au marché, apparaitrent des quetches – origine France – entre 1,50 et 1,90€ le kilo. Tout à fait honnête. Et ma foi, pas mauvaises du tout.

Du coup, j’ai fait un petit ravitaillement pour faire, en toute simplicité, une tarte aux quetches. Il vous faut :

– un rouleau de pâte feuilleté (je fais toutes mes tartes en feuilleté…)
– 500g (à la louche) de quetches dénoyautées
– un peu de beurre et quelques amandes effilées à répartir sur les fruits avant la cuisson.

Après 30 min à 180°C, voici le résultat :

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
, ,

La semaine dernière, je cherchais à faire un dessert aux fruits plutôt rapide et facile à faire, parce qu’à 15h, le dessert n’était toujours pas commencé.

J’ai donc recherché dans Le Larrousse des Desserts de Pierre Hermé la recette qui répondrait à mes exigences. Quelle déception de constater qu’elle était classée « difficile ». Tant pis, j’suis une warrior, je vais y arriver. Voici donc ma version simplifiée :

Charlotte3NashiiIngrédients :

500g de fuits rouges surgelés
3 feuilles de gélatines
1/2 citron
100g de sucre en poudre
30cl de crème liquide bien froide
20 biscuits cuilère
50cl d’eau
1cl de liqueur de framboise et 1cl de kirch (2cl de kirch)
300g de coulis de fruits rouges

 

Préparation :

Parmi les fruits rouges mélangés, isolez les fraises et les framboises les plus jolies.
Décongelez environ 300g de fruits rouges restant (au micro onde pour aller plus vite, si vous voulez).
Passez les au mixer ou au presse purée, puis passez la purée obtenue au chinois ou à la passoire.

Pour le nectar :
Faites bouillir l’eau avec 50g de sucre en poudre.
Laissez refroidir et ajoutez la liqueur, le kirch et 50g de purée de fruit.

Pour la mousse :
Faites tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide pendant quelques minutes.
Pendant ce temps, pressez le demi-citron.
Versez le jus du citron avec le sucre dans le reste de purée de fruits.
Faites fondre les feuilles de gélatine au bain-marie ou au micro-onde (15s)
Versez 2 à 3 cuillères de purée de fruits dans la gélatine et mélangez bien.
Puis ajoutez le reste de la pulpe et mélangez.
Battez la crème liquide au fouet pour obtenir de la chantilly.
Ajoutez la pulpe de fruit à la chantilly tout en continuant de fouetter.

Montage :
Tapissez un moule à charlotte de film étirable.
Imbibez très légèrement les biscuits à la cuillère de nectar et tapissez les cotés et le fond du moule
Remplissez de mousse de fruits rouges, jusqu’à 1/3 de la hauteur du moule.
Recouvrez de 50g de fruits rouges décongelés (notamment les fraises et framboises les plus belles).
Posez par dessus une couche de biscuits à la cuillère légèrement imbibés de nectar et appuyez doucement.
Versez le reste de mousse de fruits, puis de nouveau 50g de fruits rouges et une dernière couche de biscuits imbibés.
Rabattez le film étirable, couvrez le moule et tassez un peu.
Laissez prendre pendant au moins 3 heures, idéalement 6 à 8h au réfrigérateur.

Faites bouillir le restant de nectar pour le concentrer un peu.

Le film étirable permet un démoulage hyper rapide et efficace. Décorez la charlotte avec le reste des fruits rouges décongelés.
Vous pouvez verser le reste de nectar directement sur la charlotte ou le servir dans une saucière au souhait des invités.

Et voici le résultat, sans la déco…

Charlotte1Nashii

Charlotte2nashii

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,

La plupart du temps, je fais ma fière en vous présentant mes recettes mais faut pas croire, je suis loin d’être une merveille en cuisine. Disons que je m’applique plus au goût qu’à la présentation. Le Diner presque parfait, c’est vraiment pas pour moi. Et pourtant, pour le repas de Noel, je me suis proposée pour faire le dessert. Mais en fait, je n’ai jamais fait de gateau roulé de ma vie.

V’la t’y pas comme j’étais prétentieuse !

Première tentative pour le réveillon de Noel. Heureusement que nous n’étions qu’en petit comité dans la famille proche car la génoise n’était pas assez cuite, le gateau s’est effondré et comme j’avais improvisé une bûche à partir de plusieurs recettes, ce qui devait être la couverture décorative, s’est trouvée être plus imposante que la garniture intérieure, à la fois écroulée et… pas terrible. Gustativement parlant, ca n’était pourtant pas mal du tout : une sorte de marquise au chocolat. Ca m’a conforté dans ma décision de recommencer.

Deuxième tentative pour un repas d’entre deux : je remets la garniture dedans, je fais cuire un peu plus. Résultat : la gateau s’écroule toujours aussi lamentablement mais finalement, ca n’est pas trop mauvais. Juste imprésentable.

Troisième tentative pour le réveillon de Nouvel An. Oui, je sais, je m’emballe vite, je suis à fond. Ma décision est prise : le roulé n’est pas pour moi donc je vais coupé le gateau en 3 pour faire un empilement. Tout aurait certainement été pour le mieux, si j’avais pris le temps de faire refroidir le gateau avant le montage….

Voici donc larecette finale :

Ingrédients pour la génoise :

– 110g de sucre roux en poudre
– 200g de chocolat noir à dessert
– 60ml d’eau chaude
– 4 oeufs

Ingrédients pour la garniture :

– 30cl de crème liquide bien froide
– 200g de chocolat à dessert (noir ou lait ou blanc au choix Edit je viens d’essayer avec du chocolat blanc, c’est juste une catastrophe. La chantilly tourne en eau, bonne à jeter !)

Pour la génoise :

Préchauffez le four à 180°C.
Beurrez un moule rectangulaire et chemisez-le de papier sulfurisé.
Faites fondre le chocolat au micro onde avec l’eau, mélangez pour obtenir une pâte homogène et laissez refroidir un peu.
Battez les jaunes d’oeufs et le sucre au fouet électrique, puis incorporez le chocolat fondu.
Montez les blancs d’oeufs en neige ferme et incorporez en deux fois le mélange chocolaté.
Versez  la préparation dans le moule et faites cuire 12 min au four.
Démoulez sur une linge humide.

Pour la garniture :

Préparez la garniture au dernier moment, juste avant le montage.
Faites fondre le chocolat au micro onde jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Montez la crème en chantilly ferme et ajoutez progressivement le chocolat tout en continuant à battre.

Montage :

Une fois la génoise refroidie, coupez là en 3 rectangles égaux.
Sur le plat de service, posez un premier rectangle de génoise.
Tartinez le d’une épaisseur de garniture (1/4 environ)
Posez  au dessus le deuxième rectangle de génoise.
Tartinez le de nouveau d’une épaisseur de garniture (1/4 environ).
Posez au dessus le dernier rectangle de génoise.
Recouvrez le tout, et les côtés du reste de garniture. Lissez à l’aide d’une spatule puis réalisez des stries avec une fourchette et saupoudrez de vermicelle au chocolat ou multicolore.
Laissez reposer au frégidaire pendant au moins 6 heures.

Résultat :

Ca ne ressemble ni à une bûche, ni à une gâteau, ni à rien d’autre en fait… et pourtant, c’est super bon ! Bien entendu, c’est plutôt pour amateur de chocolat.

A vous de jouer !

Edit : à la demande express de ratounette car je ne suis pas sure que ca vous donne vraiment envie…

buche

buche2

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
, ,

Baklawa4

Cette recette, je l’ai testé en Serbie (encore ! ) juste parce que les feuilles de filo ne coutent vraiment pas cher (genre 1€ les 500g) donc, je me suis lancée. Je n’avais jamais essayé avant parce que je pensais la réalisation un peu compliquée. Et en fait non.

J’ai tiré mes idées essentiellement ici  surtout pour la découpe.

Ingrédients :

– 500g (environ) de feuille de filo
Il faut en réalité pouvoir étaler 14 à 16 couches de feuilles sur toute la surface du plateau.
– 250 g d’amandes mondées, séchées et moulues grossièrement (ca marche aussi avec des noix ou des pistaches, seules ou en mélange).
Pour celles qui ne trouveraient que des amandes non mondées, le truc pour enlever la peau, c’est de les mettre dans l’eau bouillante pendant 3 min, les sortir, les refroidir et la peau s’en va facilement. Sauf qu’il faut se coltiner toutes les amandes… c’est un peu long !
– environ 30 amandes mondées pour la décoration
– 80g environ de sucre cristalisé
–  un peu de cannelle (selon votre goût)
– 1 à 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger
– 250g de beurre fondu (et en théorie clarifié, ce que j’ai oublié de faire… sans conséquence à priori)
– 500g de miel.

Amandes

 

 

 

 

 

 

 

Mélanger les amandes moulus avec le sucre en poudre, la cannelle et l’eau de fleur d’oranger. Vous devez obtenir un mélange bien mouillé mais pas trempé non collant.
Badigeonnez un plat allant au four avec le beurre fondu. Mettez une feuille de filo recouvrant le plateau et badigeonnez de nouveau avec le beurre. Recommencez ainsi de suite justà obtenir 7 à 8 couches.
Etalez le mélange à base d’amandes.
Couvrez le mélange d’une feuille de filo, badigeonnez de beurre et poursuivez l’empilement de feuilles badigeonnées jusqu’à obtenir à nouveau 7 à 8 couches.
Versez tout le reste de beurre sur le dessus.

Il faut maintenant découper, d’abords en diagonale. On obtient ca :

découpe1

 

 

 

puis, redécoupez chaque 8ième, selon la diagonale, pour obtenir ca

découpe2

 

 

 

Et pour finir, recouper les 8ième parallèlement au coté:

découpe3

 

 

 

Puis placer une amande mondée au centre de chaque losange ainsi obtenu.

Faites cuire à 180°C pendant 45 min environ, jusqu’à ce que le dessus soit bien doré.

Faites chauffer un peu le miel pour le liquéfier, puis ajouter un peu d’eau de fleur d’oranger. Versez le tout sur les baklawas dès la sortie du four. Laissez reposer 24h pour que la pâte absorbe le miel.

Et voilà le résultat, avant cuisson :

Baklawa2

 

 

 

 

 

 

Et voici, après cuisson :

Baklawa

 

 

 

 

 

 

Baklawa3

 

 

 

 

 

 

Alors, c’est tout bonnement délicieux !!  Je ne pensais pas pouvoir réaliser des patisseries orientales aussi facilement, alors que j’en suis fan !

Ceci étant miel, sucre, beurre et filo, (qui a dit « c’est gras! »), vous imaginez aisément que c’est assez incompatible avec un régime d’après fête, mais le plaisir n’a pas de prix!

Rendez-vous sur Hellocoton !
,

Tant qu’à être en Serbie pour Noel, j’ai décidé de tester quelques recettes « locales ». Pas pour le repas de Noel, hein? Juste comme ca.

Quand on cherche sur internet « Recettes serbes », il n’y a pas énormément de possibilités. J’ai donc porté mon choix sur une recette plutôt simple : le Gibanica (pêcher ici).

Comme nous n’étions que 4, j’ai divisé les quantités par 2.

Ingrédients :
300g de feuilles de filo (environ)
250g de féta (c’est LE fromage local. C’est bien simple, il n’y en a pas d’autre !)
125 de kajmak (c’est la crème fraîche épaisse locale, on pourrait comparer ca à de la crème fouettée super ferme)
3 oeufs
un peu d’huile
un verre d’eau gazeuse

Mélanger le fromage émietté, la crème fraîche et les oeufs. Perso, pour faire vite et efficace, j’ai tout fait au mixer.
Ajouter un peu d’eau gazeuse pour diluer un peu le mélange s’il vous semble trop épais.
Graisser un plat allant au four, et étaler 2 feuilles de filo au fond.
Laisser de coté deux feuilles de filo. Tremper chacune des autres feuilles dans le mélange. Les chiffoner avant de les ranger dans le plat, et ceci jusqu’à épuisement du mélange ou des feuilles de filo ou que le plat soit plein (verser alors le reste du mélange sur le plat composé).
Etaler les 2 feuilles précédemment réservées sur le dessus du plat.
Mettre à cuire 45 min à 200°C.

Et voilà le résultat : sympa, non?

Gibanica

Mon avis : C’est plutôt bon. Je le comparerais un peu à une quiche ou une tourte, parce que, franchement, ca cale bien.
Et comme pour  une quiche, vous pouvez envisager des variantes avec des épinards ou des lardons ou ce qui vous fait plaisir, à vous de voir !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, ,

felder

Cette petite recette, je la tiens du livre « Les chocolats et petites bouchées de Christophe – Leçons de patisserie » de Christophe Felder, livre pour lequel j’ai craqué à moitié prix… Fallait pas s’en priver !

J’ai choisi cette recette car il faut tremper les meringues dans le chocolat et je savais que cette étape plairait beaucoup à Grand Bonhomme !

Faites monter 4 blancs en neige. Dès qu’ils commencent à mousser, ajouter progressivement 120 g de sucre en poudre.

Par ailleurs, mélanger 100g de sucre glace avec 40g de noix de coco  rapée. Ajouter le aux blancs en neige et mélangez délicatement.

Utilisez une poche à douille pour former des petits batonnets de meringues de 5 à 8cm de long. Saupoudrez le tout de 40g de noix de coco rapée.

Mettez au four, préalablement préchauffé, à 90°C pendant 3 heures.

Laissez refroidir puis tremper la moitié des batonnets de meringues dans du chocolat fondu et collez deux à deux les meringues, en tête bèche (C’est la partie qu’a préféré Grand Bonhomme !)

Laissez figer et dégustez !

Franchement, je ne pensais pas qu’il était si simple d’obtenir des bonnes petites meringues toutes fondantes, donc je vous recommande cette recette pour sa rapidité de réalisation et la qualité des petites douceurs ainsi obtenues :  ni trop sèches, ni trop moelleuses…

Une fois la base comprise, vous pouvez faire des meringues de toutes formes (Grand Bonhomme a adoré écrire son prénom ! ), trempez dans du chocolat blanc, lait ou noir, colorer les meringues avec du colorant alimentaire… bref, tout est possible !

Un fois encore, je n’ai pas pris de photo (pas taper!) non parce que je n’y ai pas pensé mais simplement car nous avions de la visite et que, vraiment, je trouve ca trop bizarre de prendre en photos les desserts qu’on présente à ses invités !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,

Comme tous les lundis (ou à peu près, z’allez pas faire vos pointilleuses), un recette ! Mais cette fois ci, on va pas faire dans les trucs compliqués.

Mardi dernier, je suis rentrée « à l’arrache ». Traduction : j’ai franchi la porte à 19h30 alors que Petit Bonhomme  braillait déjà pour sa pitance et dans le frigo, le néanderthal le néant total. Restait donc le congélateur.

Passage à l’action :

Etape 1 : préparation d’un béchamel. Ca va, pousse pas de grands cris genre « mais c’est hyper compliqué!! ». Que néni que je te dis ! Suis la recette, la béchamel, c’est super simple, surtout que pour les lasagnes, y’a pas besoin qu’elle soit parfaite.

Deux versions :

  • soit vous avez du beurre tendre et un peu de temps. Mélanger 50  à 100g de beurre tendre (genre pommade) avec 2 cuillères à soupe de farine. A coté, faites chauffer 1/3 à 1/2 litres de lait ou de mélange lait + eau jusqu’à ébullition. Verser alors la totalité du mélange beurre farine dans le lait chaud et mélanger avec un fouet. En général, ca prend tout de suite. Reste à diluer avec un peu de lait ou d’eau si besoin.

 

  • soit vous n’avez pas de beurre tendre comme dans mon cas, alors c’est un peu plus « rustique ». Faites fondre 50 à 100g de beurre dans une casserole et ajouter les 2 cuillères de farine, mélangez. Ca va faire une espèce de pâte épaisse, pas de panique, c’est normal. Laissez un peu cuire. Ajoutez un petit peu de lait et mélangez au fouet. Recommencez l’opération autant que nécessaire, petit à petit, pour que l’espèce de pâte épaisse se dilue jusqu’à l’état liquide. Ajoutez également de temps en temps un peu d’eau pour alléger la préparation.

Et voilà. Le plus dur est fait et pourtant, ca ne vous aura pris que 5 min. Je précise qu’il faut quand même une bonne quantité de béchamel, entre 1/2 et 1l.

Etape 2 : Prenez un plat rectangulaire. Versez une louche de béchamel au fond. Etalez les lasagnes (non cuites :  je le dis parce que je me suis moi-même posé la question lors de mes premières lasagnes). Etalez de la béchamel par desssus. Répartissez quelques cubes d’épinards surgelés et quelques cubes de saumon surgelés. Positionnez à nouveau une couche de lasagne, puis béchamel, puis épinards et saumon, etc jusqu’à épuisement des stocks de la béchamel. Finissez par une couche de béchamel (en fait, vous versez tout le reste par dessus) et un peu de gruyère rapé. Et hop au four pendant au moins 30 min à 200°C, idéalement 40 min (mais on n’a pas toujours autant de temps le soir).

En attendant, ca vous laisse 20 min pour aller donner le bain, préparer les vétements, mettre des lardons au lit… et quand Monsieur arrive, il est complètement ébai par votre sens de l’innovation et votre capacité à l’étonner chaque jour !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,

Tiens, ca faisait longtemps que je ne vous avais pas livré une petite recette du week end. Celle là, en fait, date de quelques jours mais ca vous ira bien quand même, hein?

Tout a commencé quand j’ai souhaité faire une charlotte aux poires, pour laquelle il faut une crème anglaise. Que d’habitude, je me contente d’acheter… Sauf qu’à 21h30, il n’y plus de Monop’ ouvert. Et pas de petite épicerie ouverte jusqu’à 2h du matin dans mon quartier… Une seule solution : la faire moi même, ce qui consomme des jaunes d’oeufs. Et que reste t’il? Des blancs. Pleins de blancs.

Alors j’ai commencé à fouiller mes trop nombreux livres de recettes pour savoir quoi en faire. Réponse : pas grand chose.

Alors là, j’ai pris Marmiton et j’ai tapé « dessert / blancs d’oeuf sans jaunes d’oeufs ». Trop facile.

Macarons noix de coco rhum raisins (modifié selon les commentaires)

Monter 2 blancs en neige ferme et ajouter 100g de sucre en continuant de fouetter.

Verser un peu de rhum à 100 g de noix de coco en poudre.

Ajouter cette préparation et quelques raisins secs aux blancs sucrés et mélanger délicatement.

Former des petits tas (3 cm de diamètre) sur une plaque de pâtisserie et enfourner pour 10min à 200°C.

Résultat : j’ai été particulièrement étonnée du moelleux et de la légerté des petits rochers obtenus. J’ai trouvé ca délicieux mais un peu trop sucré. A la prochaine tentative (la vôtre ! ), je propose de gonfler les raisins dans le rhum et de diminuer le  sucre à 75g. A servir avec un petit café liégeois par exemple.

Macarons chocolat noisettes amandes (modifié selon les commentaires)

Monter 3 blancs en neige ferme et ajouter 200g de sucre en continuant de fouetter. Puis 6 cuillères à soupe de cacao en poudre, toujours en fouettant.

Ajouter cette préparation 200 g d’un mélange amande et noisette en poudre de votre propre composition (perso : 65g de noisettes et 135g d’amandes) et mélanger délicatement.

Former des petits tas

et quelques raisins secs aux blancs sucrés et mélanger délicatement.

Former des petits tas (3cm de diamètre) sur une plaque de pâtisserie et enfourner pour 5min à 200°C.

Résultat : la pâte est un peu épaisse pour former les boulettes donc le résultat n’est pas très esthétique mais le moelleux était au rendez vous. Par contre, à refaire, je ferais des tout petits tas et je les souderais deux par deux avec du nutella ou une ganache chocolat tout simple.

N.B. : Évidemment, j’ai encore tout avalé avant d’avoir pris la moindre photo ! Je suis une lamentable blogueuse…

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,