allaitement(1)

Et voilà, j’en parle régulièrement et sans avoir vraiment vu le temps passer, nous avons fêter (symboliquement cela s’entend) il y a quelques jours notre année d’allaitement.

Est ce que j’en suis fière? Oui, un peu. Parce que j’ai le sentiment de continuer à donner le meilleur (de moi?) à mon Petit Bonhomme. Avec pleins de morceaux d’amour et de calins à l’intérieur.

Mais les questions commencent à tomber : « tu l’allaites encore? »…  « tu comptes t’arrêter quand? »…

L’allaitement à 1 an ne représente en réalité que 4 tétées par jour, c’est à dire à chaque repas. Pour une maman qui travaille et que ne veut pas (ou plus) tirer son lait, comme moi, cela signifie remplacer la tétée du midi et du gouter par un laitage. J’aurais pu continuer à lui proposer des tétées les week end quand je suis là mais j’ai choisi de laisser des laitages, pour plus de cohérence.

Il ne reste donc plus que la tétée du matin et celle du soir. Pour commencer, j’ai souhaité que la tétée du soir devienne une tétée alimentaire et non plus d’endormissement, Petit Bonhomme ayant tendance à s’endormir sur le sein. Pour ne pas que cela devienne une difficulté en cas de réveil nocture, Petit Bonhomme pouvant demander de nouveau à téter pour s’endormir, la tétée était proposée juste après le repas. Et là, ca coince encore. Parce qu’il est beaucoup plus intéressant d’aller jouer que de téter et donc, Petit Bonhomme ne mangeait plus rien. Résultat des courses : réveil hyper matinal pour cause de ventre affamé. Oups.

Aussi, sur une impulsion de Monsieur (vilain Monsieur !), la tétée du soir a été supprimée. Désormais mon Glouton Gourmand se goinfre de légumes, de féculents, d’un petit laitage et d’une compote si nécessaire, avant d’aller rejoindre Morphée. Avec un énorme calin quand même. Peut être plus pour moi que pour lui d’ailleurs…

J’en profite pour signaler qu’en cas de souhait de sevrage, il vaut mieux supprimer d’abord le tétée du soir puis celle du matin, cette dernière ayant un rôle nourricier et affectif bien plus important.

Et qu’est ce qu’il reste? La tétée du matin donc. Actuellement, quand Petit Bonhomme appelle, vers 6h, je le prends dans notre lit, je le mets au sein et je somnole jusqu’à ce qu’il se rendorme. Ensuite, je le dépose délicatement dans son lit où il finit sa nuit, pendant que je retourne me coucher vais prendre ma douche.

Et on me propose de remplacer ce moment là par me lever, aller faire chauffer un biberon de lait de croissance pendant que Petit Bonhomme braille, le surveiller pendant qu’il boit pour être sure qu’il n’en met pas partout, le reposer dans son lit et aller laver le biberon. Mouais. Je ne sais pas pourquoi mais tout cela ne me parait pas très engageant.

Et alors, on fait quoi? Ben, on continue comme çà, jusqu’à ce que Petit Bonhomme se réveille un peu plus en phase avec le petit déjeuner de tout le monde, histoire de venir piquer dans nos bols et notre pain pour refaire ses réserves. Je ne connais pas beaucoup d’enfant de 2 ans qui ne soit pas intéressé par les tartines de la table familiale, j’ai donc bon espoir que cela finisse un jour. Et pourquoi pas, naturellement.

Rendez-vous sur Hellocoton !
, ,