Après vous avoir relaté mes deux premiers accouchements, je me prépare pour mon troisième…

Et comme la nature humaine est bien faite, on se construit avec son historique et ses antécédents. Aussi, voici ce que je tire de MON histoire.

D’abord, j’ai décidé de reprendre de l’homéopathie : à partir de 38 SA en théorie, à partir de 39SA pour moi, Caulophyllum 9CH, Actaea racemosa 9CH et Gelsemium 9CH, 5 granules par jour en alternance. Au moment de partir à la maternité, une dose de Gelsemium 15CH et une dose d’Actaea racemosa 30CH. Au moment de la rupture de la poche des eaux, une dose de Gelsemium 15CH. Après l’accouchement, 5 granules d’Arnica 9CH 2 fois par jour.

Ensuite, je pense gérer les premières contractions sur mon ballon à la maison mais alors que nous sommes partis à la maternité après 2h de travail pour Petit Bonhomme, je pense partir plus rapidement afin d’éviter les urgences.

J’ai déjà indiqué aux sages femmes que je ne veux pas de voie veineuse ou au pire, au niveau du coude et nul part ailleurs. Bien entendu, aucune perfusion, ni injection.

Je voudrais rester assise sur un ballon le plus longtemps possible, afin de gérer les contractions par des mouvements du bassin et des respirations.

Comme je pensais qu’il n’était pas possible d’accoucher à 4 pattes ou assise ou debout (avec le recul, je réalise que c’est un peu stupide et que j’avais pourtant lu beaucoup d’info sur le sujet…), je me suis obligée à m’allonger. Aujourd’hui, je pense rechercher une autre position mais j’ai le sentiment qu’il me faut un sol dur sous les pieds… On verra ce que cela deviendra.

Ensuite, et comme présenté par ma sage femme, je dois penser à ne pas pousser, juste respirer et expirer en tirant sur mes bras, afin d’aider le bébé à descendre sur les contractions. Il faut que j’essaie d’épargner mon périnée.

Enfin, une fois le bébé sorti, je sais également qu’il faut que je pousse pour expulser le placenta, alors que par reflexe, je « serrais » les fesses pour éviter que le sang ne coule trop, ce qui a ralenti le temps de délivrance.

Et après tout cela, je veux partir le plus vite possible pour rentrer à la maison…

Et voilà !

Bon, la théorie, les envies, les souhaits, tout ca est bien joli mais je sais que la pratique peut et sera différente.

Je sais également que la pression que je me mets encore aujourd’hui pour obtenir un accouchement « parfait » est stupide, irréelle et ne m’apportera probablement que des problèmes et des regrets. Ma sage femme m’a dit : « Accoucher, c’est accepter de lacher prise ». Mais que dire? Je suis une perfectionniste avide de contrôle. C’est dans ma naure et je n’y peux rien…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Be Sociable, Share!
, ,
Trackback

7 commentaires untill now

  1. MissBrownie 14/07 à 2:27

    Ne pas pousser, c’est super dur…
    Il n’y a que ça qui me soulage pendant les contractions.
    Enfin on y arrive car quand on me demande d’arrêter de pousser, je m’exécute 😛

    [Répondre]

  2. Caramelyne 14/07 à 2:49

    Pas facile de lacher prise effectivement…
    A partir du moment ou j’ai accepte que je n’accoucherais sans doute pas de la facon dont j’avais espere (declenchement alors que je revais d’une naissance naturelle), le travail s’est enclenche et pour mon plus grand plaisir tout s’est ensuite deroule au mieux.
    Je te souhaite un bon accouchement et la meilleure facon de lacher prise c’est encore de ne pas trop y penser (plus facile a dire qu’a faire j’en conviens)

    [Répondre]

  3. Béatrice 14/07 à 3:39

    J’espère que tu pourras vivre cet accouchement comme tu le souhaites !!
    (moi je voulais souffler en poussant pas trop, j’ai été rappelée à l’ordre sèchement « on inspire, on bloque, on pousse » … trop dans le coltard pour négocier, j’ai fait ce qu’on me disait …:-( )

    [Répondre]

  4. La poule pondeuse 14/07 à 5:32

    J’ai du rater un épisode mais je n’ai pas compris si finalement tu as un accompagnement global + plateau technique sur ce coup-là…
    Pour info il y a certaines positions autres qu’allongée qui peuvent être prises sur la table d’accouchement. Par exemple moi j’étais à genoux appuyée sur le dossier relevé (donc + ou – à 4 pattes mais moins fatigant puisqu’appuyée contre le dossier). Si tu as comme moi des contractions dans les reins (bébé en OS pour ma pomme) tu peux aussi prendre cette position sur un canapé : à genou sur l’assise, les bras appuyés sur le dossier, et tu peux balancer ton bassin. Probablement possible avec le ballon aussi mais moins confortable pour les genoux par terre.
    La voie veineuse pour Pouss1 je l’avais eue sur le poignet, mais sur le côté (dans le prolongement du pouce), d’après les SF c’est moins gênant si tu dois t’accrocher aux barres pour pousser par exemple.
    Enfin tu le sais déjà, mais le plus important est d’ouvrir au maximum ton esprit pour écouter et suivre les messages que t’enverra ton corps à ce moment-là (et là tout le monde se dit « elle fume quoi la poule ?? »).

    [Répondre]

  5. Nashii 14/07 à 12:46

    @MissBrownie : la notion de « ne pas pousser » est assez suprenante tout de même… Je verrai ce que j’en tire.
    .
    @Caramelyne : c’est un peu ca le problème : « penser à ne pas y penser »… « Contrôler de ne pas contrôler »…
    .
    @Béatrice : Si je bloque, c’est la catastrophe… pour mon périnée !
    .
    @La Poule : pour les positions, normalement, je suis libre de choisir, et je pense même que je choisirai par la force, s’il le faut 😉 !. Pour la voie veineuse, mes veines ne supportent vraiment pas les piqûres. Quand à l’esprit « aware », je vais essayer mais cela rejoint la remarque de Caramélyne : « penser à ne pas y penser »… Mais ton commentaire me fait penser qu’il manque un billet intermédiaire que je posterai demain… Je suis à la ramasse !

    [Répondre]

  6. Xtinette 17/07 à 12:27

    Je te comprends dans ton côté perfectionniste ! J’ai été très déçue par mon premier accouchement qui s’est fini en césarienne ! Je te souhaite un bel accouchement !

    [Répondre]

  7. Marjoliemaman 20/07 à 4:46

    Pour trouver la position, je te conseille de lire :
    http://www.amazon.fr/Trouver-position-daccouchement-Bernadette-Gasquet/dp/2501051645
    J’ai cherché la mienne avec ma sage-femme qui a suivi des formations avec Bernadette de Gasquet et en gros, j’étais assise le buste à 45°, les pieds appuyés sur les gouttières et non pas les mollets posés. Mes deux « explusions » lors de mes 2 accouchements ont été très rapides car je sentais parfaitement ce qu’il se passait et avoir les pieds en appui donne de la force. Bonne lecture (si tu en as encore le temps !).

    [Répondre]

Donnez votre avis