Il y a quelques temps, je vous ai parlé de la Discipline Positive et de ce que j’avais mis en place pour progresser en ce sens (Réunion de famille, Temps de rapprochement,…) et j’étais persuadée- mais vraiment persuadée – que je vous avais parlé des tâches ménagères. Et puis en fait, je ne retrouve pas l’article alors je m’y colle.

Au tout début de notre vie à deux, à Monsieur, fils unique à sa Môman-mère-au-foyer-qui-faisait-tout, et moi-même, psychorigide du contrôle absolu et fille d’une Maman qui faisait tout, la répartition des tâches s’est faite d’elle-même et dans une entente parfaite : je faisais tout, il ne faisait rien. – Note à moi-même : Je crois que c’est là que j’ai merdé. – C’était il y a 12 ans, autant dire une éternité.

Grand Bonhomme est arrivé et l’air de rien, j’ai continué à tout prendre en charge. D’autant que cette période a coïncidé avec une zone de travail intense pour Monsieur, qui sautait de job en job comme sur un trampoline pour aller plus haut (allez plus haut, se rapprocher de l’avenir. Bref)

Petit Bonhomme s’est pointé juste derrière et c’est à peu près à ce moment-là que j’ai commencé à en avoir un peu marre et à vouloir partager (un peu?) les tâches. Mais le mal était fait et des habitudes de 6 ans ne s’effacent pas d’un revers de manche.

Je pense d’ailleurs, pour en avoir discuté avec des copines, que nombreux sont les couples qui dévient sur cette tendance sans jamais remettre les pendules à l’heure. Ce qui devient un des points de conflit passé sous silence pour ne pas avoir l’air de râler tout le temps… Mais sortons de cette aparté.

Quand le Dernier est arrivé et que j’ai pris un congé parental, il m’a semblé normal (si si j’insiste) que, n’ayant que cela à faire, j’utilise mon temps en journée pour réaliser toutes les tâches ménagères de la maison. Je n’ai donc rien demandé à qui que ce soit car il me semblait bien naturel de faire « ma part du contrat ».

C’est pourquoi, lors de ma reprise d’activité, j’ai tout aussi naturellement remis le sujet sur la table pour établir ce qui devait être, à l’évidence, un semblant d’équité dans mon couple et dans ma famille.

Pour faire concret, je n’ai pas râlé à chaque fois que le lave-vaisselle n’était pas vidé (alors que ca ne prend que 3 min !! ), je n’ai pas appliqué la consigne du « tu n’as qu’à me dire ce que je dois faire ! », j’ai fait une liste. Oui, une liste : La liste immense et exhaustive de tout ce qu’il y a à faire à la maison. Des poubelles à descendre au balai qu’on passe après chaque repas, de la lessive à lancer tous les jours aux fenêtres qu’on ne lave que tous les mois. Et croyez-moi, c’était long.

Une fois cette liste faite, je l’ai soumise lors d’une réunion de famille, pour expliquer à tout le monde mon problème : je ne voyais pas du tout au nom de quoi je devrais faire 100% des tâches alors même que nous étions 5 à la maison. Bon ok, 4 car le petit n’a pas grand-chose à faire. Avoir la liste sous les yeux a rendu les choses beaucoup plus concrètes pour tout le monde d’autant que les enfants ne se rendent absolument pas compte de tout ce qu’on fait pour eux.

Dans cette liste, j’ai considéré – je suis mansuétude – qu’il fallait tenir compte de l’âge des participants et du temps de présence de chacun à la maison (car Monsieur rentre effectivement plus tard à la maison et rapporte également du travail).

J’ai donc demandé à Grand Bonhomme (7 ans) de prendre deux tâches hebdomadaires à sa charge – Petit Bonhomme (5 ans) une tache hebdomadaire et Monsieur, de prendre plusieurs choses hebdomadaires et mensuels, n’importe quoi, parce que « Merde, faut pas déconner !! »

Il a fallu plusieurs semaines pendant lesquels ils ont changé d’avis, trouvait leur tâche trop difficile, trop longue, voulait en tester une autre, … et maintenant, ils se sont fixés. Entre temps, j’ai aussi réussi à trouver une femme de ménage qui prend donc une partie des tâches à sa charge, ce qui me soulage grandement.

Au final, Grand Bonhomme a donc choisi (et c’est bien dans « choisi » que réside le pivot de cette entente) le tri du linge propre et vider le lave-vaisselle le mercredi. Petit Bonhomme a choisi le nettoyage des portes du couloir (parce que mes enfants courent dans le couloir avec les mains pleines de chocolat ! ) et d’aider son frère à trier le linge propre. Le Dernier, lui, fait ce qu’il peut.

Monsieur s’occupe désormais des repas du dimanche, du rangement et nettoyage de la cuisine après petit-déjeuner tous les jours et des courses toutes les semaines.

Pour ma part, je prends en charge toute l’intendance du soir (repas et rangement) et tout le traitement du linge (hormis le fameux tri de linge propre mais ça, je vous reparlerai dès que possible).

Ca parait très rigide comme cela mais cela nous a permis de définir un cadre où chacun peut bouger, tout en me permettant de souffler un peu. J’ai enfin le sentiment que les choses se font comme elles le devraient.

Bien entendu, cette répartition est susceptible de changer dès lors qu’un participant le demande.

Enfin, lorsque l’un de membres décrète qu’il ne fera pas sa tâche au prétexte que, je cite, « j’ai pas envie », je fais, moi-aussi grève parce que, à bien y réfléchir, moi non plus je n’ai pas très envie de faire à manger tous les soirs… Ce qui signifie, pas de repas. En général, vers 20h, bizarrement, la motivation revient !

Voilà, je voulais vous expliquer notre façon de faire. Evidemment certain(e)s me diront que les choses ne devraient pas être aussi rigoureuses, que chacun fait le travail à faire quand il l’a devant lui. Mais ca n’a jamais fonctionné comme cela chez nous. Voilà pourquoi avant que les choses ne deviennent naturelles, il faut les inscrire dans le marbre. La plupart de nos reflexes sont de vieilles habitudes.

Et cette implication de chacun dans la vie quotidienne est à mes yeux d’une importance cruciale. De par l’image que je renvoie à mon entourage et mes enfants, et de l’image de la vie à deux qu’elle leur donne.

Je mène à mon échelle, une révolution lente et précieuse, qui conduira les femmes de demain à gagner en liberté et en pouvoir. Pour se faire, elles auront à leur coté des hommes respectueux de l’espace de chacun, comprenant la nécessité de fonctionner ensemble sur un même pied d’égalité, dégourdis et capables d’assumer aussi bien qu’une femme les tâches quotidiennes : mes garçons.

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,

Quand j’étais petite, en élémentaire, je n’ai jamais participé à des classes découvertes / de mer / de neige / environnement / verte, etc… (à vous de voir!). Mon premier long voyage a dû avoir lieu en 5ième et je n’en garde pas un super souvenir, souvenez vous…( J’ai bon espoir de finir par vous faire pleurer, ca se voit?)

Alors, l’année dernière, vers décembre, quand nous avons appris que mon tout petit Grand Bonhomme, en CP, allait partir en classe « environnement » pendant 5 jours, j’ai fait « outch ». Pour une première fois, j’ai trouvé que ca faisait beaucoup mais il était tellement entousiasthe que j’ai serré les dents  et j’ai sorti mon plus grand sourire. Heureusement, ce n’était qu’à 1h30 de Paris et au premier signe d’alerte, j’étais prête à partir le chercher.

Nous avons préparé la valise bien comme il faut, en respectant la liste qui nous était donnée – tous les vêtements étiquetés, si si, même les chaussettes (j’ai une excuse, j’étais en congé parental). J’ai bien entendu ajouté deux ou trois choses : la gourde pour la nuit, la montre pour avoir l’heure, 2 petits livres, 2 photos de nous en famille et deux doudous – quand même.

La maitresse nous avait demandé un courrier pour la semaine. Personnellement, j’ai écrit tous les jours. Je suis comme çà moi. Même que pour être sure que les courriers arrivent, j’en avais postés avant le départ…

Le lundi, à 9h, le bus partait avec mon Grand Bonhomme tout sourire à l’intérieur. Il avait quand même eux une belle salve de bisous avant de monter.

Le vendredi à 19h30, il revenait parfaitement ravi de son séjour.

Alors cette année, quand la maitresse a annoncé que, rebelotte, les CE1 CE2 partaient en classe découverte, on était relax dans nos pantoufles. La valise, on maitrisait – J’ai même réinversi dans un sac à roulette (25 € chez Auchan s’il te plait), le trousseau était déjà complet, les vêtements tous étiquetés. Cette fois ci, Grand Bonhomme a fait le fier : « pas de doudou ! j’en n’ai pas besoin ! « . Oui oui oui. Mais je suis une mauvaise mère, j’ai quand même insisté pour qu’un doudou au moins parte. Et j’ai bien fait car le jour du départ, à 6h du matin quand même (5h dans ma tête avec ce fichu changement d’heure ! ), tous les petits gars du CE1 avec leur doudou dans les bras…

Ils sont donc partis avec entrain et sont revenus tout aussi heureux vendredi soir.

Les activités ont été rapidement survolés – on n’arrive jamais à avoir des explications détaillées ! – mais au final, je crois qu’il a fait du train, du bateau, du bus, qu’il a été nettoyer une plage, dans un moulin et sur des marais salants. C’était donc un chouette voyage de classe.

Si il a de la chance, l’année prochaine, il repartira !

Pour info, vous pouvez penser à : une gourde ou une bouteille d’eau pour la nuit, si votre enfant à l’habitude, un petit livre pour s’occuper si besoin, un doudou bien évidemment, une série de photo (dans une enveloppe ou sous forme d’album) si votre enfant est d’accord (Faudrait pas que ca le fasse pleurer – Le notre a avoué les avoir regardées une fois et qu’après « ca allait mieux ».)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Désolée, je voulais vous mettre des photos mais WordPress fait grève ce soir et je suis un peu trop claquée pour insister, je ferai un édit ultérieur… En vous remerciant…

près mes vacances aux Sables d’Olonne, Monsieur nous a rejoint et nous avons fait route vers le Golfe du Morbihan. Nous logions près de Sarzeau et j’avais inscrit les enfants au Club Nautique du Rohu, à Saint Gildas de Rhuys. Ils proposent des activités pour enfants le matin, qui nous permettaient de passer un peu de temps au calme à la plage avec le Dernier et alternativement, le Petit et le Grand. Grand Bonhomme donc pu s’initier au funboat (sorte de catamaran optimiste en plus moderne) et Petit Bonhomme a fait plusieurs tous en bateau à la recherche d’un Trésor. Les moniteurs sont très sympathiques et sérieux, les enfants sont très bien pris en charge. Par contre, « on » avait oublié de me préciser que pour faire de la voile, il faut un combi-short, que j’ai donc du louer sur place pour une semaine le prix d’une combinaison neuve chez Décathlon. On ne m’y reprendre pas.

Compte tenu de ces obligations (bien volontaires, il s’entend), nous avons limité nos visites aux  points d’intérêt les plus proches. Voici donc ma sélection pour une semaine dans le Golfe du Morbihan.

– En premier lieu, nous avons été voir les alignements de Carnac : Bien qu’on ne puisse plus depuis de nombreuses années slalomer librement entre les pierres, les enfants sont toujours intrigués par ces champs de cailloux. Dans la même zone géographique, vous pourrez voir plusieurs alignements mais également le plus grand menhir (6m), qui a enchanté Petit Bonhomme.

– Juste à coté de Sarzeau se trouve le château de Suscinio. Les châteaux forts, ca plait toujours aux enfants, surtout aux miens. Partant pour une visite guidée, nous avons choisi la visite « insolite »: une visite guidée après la fermeture officielle du château fort pour un groupe restreint et qui donne accès à des espaces fermés aux visites classiques. Je présente ici toutes mes excuses aux personnes qui nous accompagnaient et qui n’ont pas pu profiter d’une visite calme et instructive. Parce que, bien évidemment, à 19h, le Dernier avait bien du mal a rester calme pendant les explications et Petit Bonhomme nous a fait une grosse colère car nous n’avions pas acheté de personnage chevalier à la boutique. Voilà voilà. Ceci étant, j’ai rencontré au cours de cette visite une charmante famille de 5 enfants, 2 filles et 3 garçons. La plus grande avait décidé de baby-sitter mes grands pour que je m’occupe exclusivement du Dernier. Très sympa et encore merci. Et leur charmante maman de me dire « Courage, jusqu’à 5 ans, c’est difficile. Après, ca va mieux. Et puis rassurez vous, une maman de 3 garçons, ca va forcément au paradis ! » Ce qui m’a fait bien rire.

– Toujours à coté de Sarzeau, nous avons fait une après midi accrobranche à Celt’aventures. Comme nous devions gérer nos Bonshommes, nous n’avons pris que des entrées enfants et nous, adultes, sommes restés les deux pieds sur terre. Plusieurs types d’activités sont proposés mais nous avons choisi les parcours simples qui sont tarifés en fonction de l’âge. Petit Bonhomme, 1,04m, a fait les parcours rose et orange à plusieurs reprises. Grand Bonhomme, 1,20m, a fait en plus, les parcours vert et jaune. J’ai été étonné de l’agilité de Grand Bonhomme à 4 ou 7m de hauteur, pas du tout effrayé par la hauteur, très à l’aise. Mes enfants m’étonneront toujours. Ceci étant le dernier parcours (jaune) est assez lent car certains ateliers sont difficiles et les participants, enfant ou adulte, ne sont pas tous très à l’aise. Après 1h et seulement un tiers du parcours, Grand Bonhomme a appelé au secours le personnel car une envie présente l’obligeait à retrouver la terre ferme rapidement. Il en fait toujours de bien bonnes!

– Parmi les points incontournables, il y a évidemment la balade en bateau au travers du Golfe. Avec les enfants qui ne sont pas toujours de très bons et agréables marcheurs, nous avons hésité puis laissé tomber l’idée de faire escale dans les iles. Nous nous sommes donc contentés d’une grande balade en mer. Difficile de choisir entre les différentes prestations proposées. Le choix s’est donc porté sur le meilleur rapport coût/durée/horaire de départ. Les enfants ont beaucoup aimé le voyage en bateau, même si le combo vent soleil les a un peu rétamé. Au retour à terre, tout le monde ronflait.

– Et pour finir, le dernier jour, nous sommes partis pour Vannes. Sur les conseils de Shalima, j’ai fait l’impasse sur l’aquarium et nous nous sommes contentés d’une grande balade au travers de la ville. C’était le jour de la Braderie, les rues étaient donc bien encombrées mais la ville ne manque pas de charme.

Enfin une adresse à conseiller, la crêperie L’Epidor à Port Crouesty : de bonnes crêpes, à des tarifs abordables et un service très sympathique !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , , ,

Comme je vous le disais précédemment, je vais reprendre très officiellement mon activité professionnelle à la fin du mois d’octobre, pendant les vacances de la Toussaint.

Je serais une grosse menteuse si je vous disais que je suis zennitude et tranquillité. En fait, je suis stressée, tendue du bidon mais pour me soigner, j’essaie de m’organiser pour tout soit le plus carré possible, afin de ne pas m’emmêler les pieds dans le tapis dès la ligne de départ.

Les Grands Bonhommes sont rentrés à l’école (je vous ferai un article détaillé), et c’est encore à moi de les déposer le matin et les récupérer les soirs.

Pour commencer, j’ai enfin obtenu une place en crèche pour le Petit Dernier. Pas une journée de temps en temps, non, une vraie à temps complet. Nous avons commencé l’adaptation la semaine dernière et dès le premier jour, le Dernier a prouvé qu’il était très détendu en s’intégrant (facile Emile!) au reste du groupe. Il n’a évidemment pas versé une larme, c’est à peine s’il a sourcillé… La puéricultrice était assez stupéfaite. Cela n’a pas pour autant écourté l’adaptation hyper progressive qui a bien duré toute la semaine. Le dernier jour, il mangeait, dormait, jouait sans marquer la moindre difficulté. Royal ! Je crois qu’après deux ans, cet enfant en a marre de moi.

Bon, ca, c’est fait.

Aujourd’hui, je pars le déposer après avoir emmener les Grands à l’école mais bientôt, il faudra faire l’inverse pour que j’arrive au plus tôt au travail. Et ceci afin de sortir et être à la maison à une heure raisonnable.

Si j’avais été une maman lambda, j’aurais inscrit Grand Bonhomme et Petit Bonhomme à la garderie du soir, jusqu’à mon retour.

Seulement voilà, moi, je suis une super maman (qui oserait dire le contraire?), et j’ai inscrit les enfants à des activités extra-scolaires, le soir, après l’école. D’abord pour alléger leurs mercredis mais aussi et surtout pour alléger mes mercredis. Vous saisissez la nuance?

Cependant, comme il m’est impossible d’être à 16h30 à la sortie de l’école (faut pas pousser mémé-mon-boss quand même…), je suis partie à la recherche d’une nounou pour mes sorties d’école. Une fois ce point résolu (et je vous en parle bientôt), je serai calé dans les startings blocks pour que les quotidiens s’enchainent comme sur des roulettes à partir du mois de novembre !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , ,

Cette année, pour la première fois, et par un succession de circonstances trop longue à expliquer, je me suis retrouvée avec mes parents, ma Soeurette Adorée, Neveu et Nièce, mais aussi avec mes Bonshommes mais sans Monsieur, pour une semaine aux Sables d’Olonne. 5 enfants pour 4 adultes, nous devenions malheureusement minoritaires, ce qui vous laisse entrevoir les nombreuses difficultés que nous avons rencontrées…

Mais parlons plutôt de nos différentes occupations locales. Pour vous (oui, pour vous ! ), nous avons testé :

– Le Museum du Coquillage : L’endroit présente une quantité impressionnante de coquillages et de crustacés de toutes sortes. Les enfants ont bien aimé mais je pense qu’il faut déjà avoir un certain âge, disons, plus de 6 ou 7 ans pour commencer à apprécier vraiment. Les plus petits sont passés rapidement devant les vitrines et hormis quelques spécimen, ils ne se sont pas attardés. La boutique à la sortie est une tentation mais il y a quelques petites choses pour par cher…

– Le Château de Talmont Saint Hilaire : Nous avons choisi cette sortie car les animations avaient l’air très chouette et franchement nous n’avons pas été déçus. Les spectacles différent selon les jours. Pour la catégorie d’âge visée (2 – 7 ans), nous avons opté pour le mercredi : spectacle équestre. En arrivant pour « l’entrainement des enfants » le matin, nous avons assisté à une première prestation, suivi d’une visite guidée du château, certes courte mais gratuite. Le temps de sortir pour manger (car il est interdit de manger dans l’enceinte du château), nous sommes revenus pour l’animation de l’après midi : le spectacle équestre est vraiment très bien fait pour les petits : cavalcade à cheval, joute en direct, combat d’épée, des méchants, des gentils. Deux jours après, on en entendait encore parler ! Et pour finir une petit tour à poney (1€ + l’attente) au cours duquel les enfants sont adoubés un genou à terre. Mon Petit Bonhomme est fier comme tout !

Talmon-Saint-Hilaire

– La Folie de Finfarine : ce site touristique permet de découvrir le monde des abeilles et la fabrication du miel. Un musée propose aux enfants une présentation des abeilles et de leur vie. Nous avons eu la chance de passer lors d’une journée d’animation spéciale : dégustation de miel, goûter autour du miel, maquillage gratuit,… Les enfants étaient très contents. Le site se prolonge par une promenade guidée par un apiculteur qui présente en détail le fonctionnement d’une ruche, la vie d’une reine, des ouvrières, comment est produit le miel, comment on ouvre une ruche, etc. C’est particulièrement intéressant, tant pour les enfants que pour les adultes. J’ai appris beaucoup de chose. Quand, arrivés devant les ruches, l’apiculteur a demandé « qui veut venir m’aider à ouvrir une ruche ? », j’ai bien entendu levé la main bien haut pour être choisie !

folie-finfarineOui, le cosmonaute, là, c’est moi !

Et comme vous connaissez mon amour des abeilles, je dois dire que j’étais absolument comblée. C’est bien simple, j’envisage de me recycler dans l’apiculture !

– pour vous restaurer La caravelle (20 Quai Ernest de Franqueville): Une crêperie trouvée un peu par hasard mais qui ne nous a pas de tout déçu. Une carte impressionnante, des présentations soignées, des quantités plus que suffisantes, un service sympathique, d’autant que ce soir là, nous débarquions à 10 ! Et quand un restaurant se permet d’appeler « La diététique », une crêpe Nutella et chantilly, c’est que, quelque part, il n’est pas tout à fait comme les autres !

– et pour finir Pétales de Roses (39 Promenade Clémenceau) : Un glacier recommandé sur internet, qui en plus de proposer des parfums délicieux comme Rose Litchi Framboise (ni plus ni moins que l’Ispahan de Pierre Hermé, le Dieu du macaron!), propose des tarifs défiant toute concurrence (2€ pour 1 boule, 3€ pour 2 boules, 4€ pour 3 boules, … et 7€ pour 7 boules). Le tout face à la mer. Divin.

Vue sur mer

Petit Bonhomme ne peut résister à l’appel de l’eau même quand la nuit est tombée et que ça commence à cailler…

SablesOlonne

SablesOlonneCoucherSoleil

Edit : J’ai oublié de vous dire qu’en quittant les Sables d’Olonne, nous nous sommes arrêtés dans une Boulangerie Patisserie fabuleuse : Baba E Clair. Le ravitaillement de pains au chocolat et brioche a été dévoré avant même que j’ai pu attacher ma ceinture de sécurité, m’obligeant à retourner faire la queue… c’est pour dire !

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , ,

Aujourd’hui, c’est la rentrée (non, vraiment?) donc nous allons parler Or-ga-ni-sa-tion.

Depuis que les enfants sont arrivés dans notre famille, j’ai eu à cœur de les intégrer à la vie et l’organisation de notre quotidien. J’ai toujours pris le temps de leur indiquer les dates des vacances ou les dates des rendez vous. Pour qu’ils arrêtent de me poser les mêmes questions tout le temps, il fallait tout afficher sur un tableau au mur qu’il puisse avoir sous les yeux. N’ayant rien sous la main, j’ai imprimé un simple tableau Word avec en tête de colonnes les jours de la semaine, me donnant donc une semaine par ligne. J’ai attribué une couleur par enfant et j’ai complété de manière assidue toutes les infos au fur et à mesure. Comme ces petits messieurs ne savaient pas lire, j’ai du faire des petits sigles pour symboliser l’école, le docteur, etc… Le tout étant placardé sur la porte des toilettes : les enfants les avaient toujours sous les yeux, les invités qui allaient aux toilettes aussi. Bref.

mémoniak 2014

Ça a été comme ça pendant plusieurs années et l’année dernière, le miracle s’est produit : j’ai croisé à la Fnac un agenda Mémoniak qui représentait la même chose que mon imprimé A3 mais en couleur, avec des petits autocollants et tout comme il faut. J’ai aussitôt adopté l’agenda en question et au lieu de le mettre sur la porte des toilettes, je l’ai aimanté (grâce aux aimants offerts) sur la porte du frigo. Je pense qu’à cet endroit, il est moins visible pour les enfants mais tombe un peu plus souvent sous le nez de Monsieur (si, Monsieur va aux toilettes, mais pas dans les mêmes… (Je crois que je m’égare.))

Pour info, j’avais hésité avec l’agenda Kifékoi mais il est un peu plus orienté « tâches ménagères » et je crois qu’il me serai utile plus tard, je vous en reparlerai.

kifekoi 2014

En attendant, j’ai adopté le Mémoniak, tant est si bien que cette année encore, j’ai réinvesti dans la version 2014 : plus d’aimants (sans compter ceux que j’ai recyclé de l’année dernière), plus d’autocollants, … j’adore. Un seul regret cependant, dans mon ancienne version perso, j’alignais tous les mois à la suite, donc on avait une vision très très anticipé, ce qui est une bonne chose pour visualiser des repères symboliques comme Noël ou les anniversaires. Avec la version classique du Mémoniak, c’est une page par mois donc avant d’être passé au mois suivant, on n’en voit pas les dates, ce qui, pour les plus petits est assez dommage. Je rêve donc d’un version dépliante, en éventail, qu’on pourrait présenter à sa guise, un mois, deux mois, six mois, etc… Messieurs Dames des Editions 365, pensez à çà dans vos évolutions…

J’ai vu qu’il existe maintenant une version « livre » et même « pocket » mais je pense que les Bonshommes sont trop petits pour ne serait ce que tourner les pages et se repérer dans le temps. En allant sur le site des Editions 365, je suis sure que vous trouverez, comme moi, plein de produits géniaux, comme les cartes d’activités jeunesse pas exemple.

Et si l’affaire vous tente, vous trouverez quelques concours sur la blogosphère, et notamment chez Mama Twins ou chez Sabine & Associés. Mais hélas, pas chez moi.

N.B.: Ce Memoniak a été payé par mes propres deniers…

Rendez-vous sur Hellocoton !
, ,

Juin, c’est la fin de l’année scolaire. C’est aussi, l’anticipation de l’année scolaire suivante. Notamment en ce qui concerne les activités extra-scolaires.

L’année dernière, j’avais réussi à organiser des mercredi plus que corrects. Pourtant Grand Bonhomme m’avait plus d’une fois fait comprendre que partir au judo le mercredi après midi et le samedi après midi n’étaient pas des horaires qui lui plaisait.

On était à deux doigts de laisser tomber quand Grand Bonhomme a gagné son championnat de fin d’année. A savoir qu’il a gagné 3 matchs de suite et qu’il est revenu avec une grosse coupe, il était RAVI ! Et du coup, le voilà hyper motivé pour l’année prochaine. Mais pas aux mêmes horaires.

Évidemment, devant tant enthousiasme, Petit Bonhomme veut lui aussi se lancer dans le judo.

Les voilà donc tous les deux inscrits aux cours de judo le soir en semaine.

Ça, c’est fait.

Mais c’était le plus facile.

Parce que ces petits messieurs veulent poursuivre le tennis, Petit Bonhomme veut continuer l’athlétisme et veut commencer la musique! En encore, j’ai réussi à les convaincre que la natation, c’était un peu trop…

Certains me diront qu’il faut les limiter, que trop d’activités les fatiguent. C’est un point de vue certes. Mais je n’arrive pas à me décider. J’aime le terme qu’emploie Cécile quand elle compare les parents à des révélateurs. Même si je fais exactement l’inverse de ce qu’elle prône, à savoir plusieurs activités au lieu d’une seule! Je souhaite leur ouvrir plusieurs portes afin qu’ils puissent choisir en connaissance de cause ce qu’ils aiment ou pas, s’ils sont plutôt sport ou musique, plutôt équipe ou individuel… L’avenir me dira si j’ai eu raison.

En attendant, je n’ai pas encore les horaires de l’éveil musical mais je pense que l’organisation des mercredis de l’année prochaine va être un peu plus compliquée que cette année !

Et quand je pense que l’année suivante, il y aura aussi école le mercredi matin…

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , , , , ,

A l’occasion des divers ponts de mai, pendant lesquels nous n’avons pas quitté Paris, le hasard a décidé (je vous en reparlerai), que nous allions tous visiter la Ménagerie du Jardin des Plantes.

Monsieur m’a regardé comme si j’avais bu un coup de trop car dans sa tête, la Ménagerie du Jardin des Plantes, c’est deux macaques et trois kangourous qui se font un tarot sur 20m² de pelouse. Pas vraiment au courant, Monsieur.

La Ménagerie du Jardin des Plantes a été inaugurée en 1794, voyez comme ça ne date pas d’hier. Elle est surtout connue pour avoir abrité les animaux des Ménageries Royales, dont la girafe connue sous le nom de Zarafa (celle du dessin animé).

Avec les temps, il est apparu que loger des animaux immenses dans des cages de taille restreintes n’était pas un réussite, aussi, la Ménagerie s’est concentrée sur la protection des espèces protégées, en danger ou en voie d’extinction.

Ménagerie entrée

 

Le zoo est assez compact et parcouru par de nombreuses allées qui vont et viennent en tout sens, ce qui vous permet d’organiser votre visite comme vous le souhaitez. Les bâtiments qui abritent le vivarium, la nurserie, les singes, les reptiles,… sont répartis sur l’ensemble du parcours : les animaux se découvrent dont espèces après espèces, ce qui vous permet de zapper certaines zones si vous (ou vos kids) n’êtes pas intéressés.

Vous trouverez tout au long des allées des petits panneaux qui abordent des sujets aussi variés que « Les espèces exotiques en ville » ou « Les insectivores », de quoi intéresser les plus grands.

J’ai aimé :
– la diversité des espèces présentées
– les reptiles et les batraciens
– la proximité des animaux

J’ai moins aimé :Ménagerie plantes
– l’impression de repasser plusieurs fois par le même endroit quand on se perd un peu dans les allées pour tout voir,
– le fait que certains bâtiments sont un peu défraichis, peinture très écaillée et plantes d’ornement à l’abandon
– l’attitude des visiteurs face aux singes…

Ménagerie plante

 

Informations pratiques :
La visite nous a pris 3 heures et nous avons tout vu. Monsieur, qui n’avait pas vraiment estimé l’ampleur du lieu, avait un peu mal aux pieds… Sachez qu’à quelques marches près, l’ensemble du parc peut être parcouru en poussette.

Vous trouverez toutes les informations qu’il vous faut, y compris le plan du parc, sur le site officiel de la Ménagerie ici. Vous pouvez également y acheter vos billets en ligne, ce qui vous permettra de ne pas faire la queue les jours de « pointe » (ce qui n’était pas notre cas).

Vous trouverez également des idées d’animations sur l’Agenda du Jardin des Plantes, notamment les rencontres avec les soigneurs, que je n’ai pas testées.

Tarif : 11 euros
Réduit : 9 euros
Gratuit pour les moins de 4 ans

Je vous laisse avec quelques images :

Ménagerie Flamant

 

Ménagerie Dromadaire

 

Ménagerie vivarium

Ménagerie Dendrobate Bleu

Dendrobate Bleu

Ménagerie phyllobate terrible

Phyllobate Terrible

Ménagerie mantelle

Mantelle

Ménagerie caméléon

Ménagerie tête crocodile

Ménagerie crocodile

Ménagerie singe

Ce chimpanzé femme a 42 ans !

Ménagerie bébé singe

Désolée pour le flou…

   Ménagerie tatoos

Tatoos

Ménagerie Ibis Filtre

Ibis « filtrés »

     Ménagerie Jardin des Plantes

Ménagerie Jardin

Ménagerie Jardin Fleur

Ménagerie Jardin du Muséum

Le jardin des plantes à l’extérieur de la Ménagerie

Rendez-vous sur Hellocoton !
, , , ,

  Skions

Dans les années 80 et 90, la mode était au ski. « Out » était celui qui n’y allait pas pour les vacances d’hiver. Mais pour mes parents qui n’avaient jamais mis les pieds sur des skis, la montagne n’était pas la destination des vacances en famille.

Il a fallut attendre mes 10 ans pour que maman m’envoie avec ma soeur en « colonie ». De ce séjour, j’ai gardé quelques souvenirs marquants:

– le voyage en bus était long.
– il y avait surtout des plus grands que moi et ca ne m’amusait pas.
– ma soeur s’est fait une entorse du genou que personne n’a cru bon de soigner et elle a souffert 3 jours durant avec un genou doublé de volume.
– les cours était assez nuls mais j’ai retenu quelques leçons dont « plier le genou du coté où on veut tourner ».
– j’ai pu descendre en chasse neige.
– la bouffe était bof.
– le voyage du retour était très long et quand nos parents nous ont vu arrivés, il parait que nous étions « pâles et amaigries ».

Et voilà, le ski, 7 jours et terminé.

8 ans plus tard, j’étais en classe préparatoire quand les copains de classe décidèrent de partir skier dans les Vosges. Les gros malins, ils savaient skier, eux. Mais l’effet de groupe, l’instinct grégaire certainement, j’ai dit oui. Je me suis lancée sur les pistes derrière eux. J’arrivais toujours la dernière en bas de pistes (En chasse-neige,on ne descend pas bien vite), et à peine avais je rejoint le groupe que tout le monde repartait. Pas cool du tout. J’ai fini la journée épuisée.

Ce genre de journée épique s’est renouvelé quelques rares fois pendant 2 ou 3 ans. J’ai même fini par trouver ca sympa. Et puis j’ai trouvé un boulot à Paris et re-terminé.

Et je me suis dis que, si j’avais des enfants (si j’avais su !), j’essayerais de leur apprendre à skier car, finalement, le ski, c’est comme le vélo et la natation, c’est mieux d’apprendre petit.

Quelques années et 3 enfants plus tard, pour ne pas faillir à ma promesse, j’ai acheté des combinaisons, des gants, des casques, des chaussettes et des lunettes en promo sur internet. Et j’ai tout bien rangé dans le placard.

Cette année, pendant les vacances scolaires, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai confié le Dernier à ma maman, mis Grand Bonhomme, Petit Bonhomme et tout le bazar dans la voiture et j’ai roulé vers les Vosges. Comme les vacances scolaires locales étaient terminées (vive la zone C), j’étais dans les premières voitures sur la parking, garée devant la location de ski. J’ai loué des chaussures et des skis pour les Bonshommes, j’ai réussi à choper un cours particulier à l’ESF et c’est parti mon kiki !

Au bout d’une heure, ils étaient tombés plusieurs fois, avait descendu plusieurs fois la pente des Piou-pious, avait ronchonné un peu parce que le ski « ca glisse trop », mais ils étaient contents ! Et moi aussi !

PetitBonhommeSki

Re-Pit Stop à la location des skis pour me fournir et retour en haut de la piste « super fastoche ». Je fais une première descente toute seule, est ce que je sais encore? Est ce que ca revient? Un peu, mais pas très vite. Grand Bonhomme, lui, en veut, il a très envie de descendre tout seul et je suis super fière de le voir s’élancer comme un grand, sans aide.

GrandBonhommeSki

Quelques heures sur des spatules ont suffit à les convaincre et à leur en donner le goût. Ils sont partant pour y retourner l’année prochaine. D’ailleurs, ça m’a donné envie de prendre quelques cours, pour progresser avec eux. Voilà, le ski, c’est re-parti !

Rendez-vous sur Hellocoton !

En remontant le cours de mes photos…

En septembre dernier (Ola… autant dire il y a un siècle…), nous avons passé un petit week-end chez des amis près d’Auxerre.

Après le sieste du samedi, vers 16h, nous sommes partis pour visiter le château de Guédelon, à quelques kilomètres de là. Un château fort : en voilà une super idée pour les enfants (Les 3 nôtres et les 2 de nos amis)!

La démarche de l’association de Guédelon est de construire un château fort avec les matériaux et selon les techniques de l’époque au cœur d’un vaste parc. Entre l’intérêt éducatif pour Grand Bonhomme et la liberté de déplacement pour les plus petits, le lieu nous semblait très tentant pour une visite en famille. De plus, une visite guidée est prévue à 16h30, c’était pile la bonne heure pour nous !

A la première escale du groupe, notre guide se lance dans ses explications. Il a l’air passionné par ce qu’il raconte mais il se trouve qu’il n’aime pas être interrompu par les questions ou les remarques… Je tique un peu.

Deuxième escale, il faut se mettre assis autour d’une maquette. Les 3 grands s’installent sans problème, l’un des petits n’est pas très content : Première remarque du guide à notre encontre.
Après quelques minutes, le petit ronchonne encore un peu et pousse un malheureux petit cri de râlerie. Qu’on s’entende bien, je sais ce qu’est un cri d’enfant. C’est un peu gênant, mais bon, c’est pas la mort quand même, on est au grand air, pas dans une château fermé et à part le guide, personne n’a l’air gêné. Ce n’était pas un hurlement! Et là, nous avons droit à : « Merci de le faire taire, je connais des guides qui se serait arrêté pour moins que cela! ». Bouche bée, je suis restée bouche bée. Visiblement, ce monsieur se prenait pour un grand orateur et ne supportait pas la moindre interruption. Il avait oublié qu’il n’était que Guide à Guédelon. Merde quoi !

Nous avons donc été demander notre remboursement (du supplément visite guidée)  à l’entrée et avons fini en visite libre.

Il était alors 17h et le château fermait à 18h. Pourtant, une bonne partie des ateliers est déjà en train de fermer. Les ouvriers papotent, fument (!), bref, font autre chose que leur travail et ne nous donnent pas d’explication, ou alors ne donnent que les explications théoriques et oublient de nous faire la pratique… L’ouvrier qui coupe et sculpte les marches d’escalier est à l’œuvre, ainsi que d’autres qui travaillent sur une voûte, un autre qui prépare le four à brique et un dernier qui coupe des planches dans des troncs d’arbre, à la hache (15 min pour une planche, il avait l’air crevé…) Mais sur un chantier complet, je trouve que c’est un peu court !

Donc, à part ces désagréments, le château est intéressant, et on comprend comment il se construit. Les enfants ont évidemment adoré se promener dans les couloirs du château, ainsi que dans le parc où il y a quelques animaux.

A 17h45, tous les ouvriers prenaient le chemin de la sortie… J’avais l’impression d’être à l’usine. Alors certains me diront l’heure, c’est l’heure mais, d’une part, je crois que si les manèges s’arrêtaient tous 30 min avant la fin dans un parc à thème, les « clients » ne seraient pas très heureux, d’autre part, sur le site internet, il est écrit « Les ouvriers font une pause déjeuner entre 13h et 14h. Le chantier reste ouvert mais l’activité est réduite durant ce laps de temps. ». Rien en ce qui concerne la fin de journée.

Donc, globalement, je pense que vous l’aurez compris, j’ai été déçue par la visite, parce que j’attendais plus d’explication et de démonstration.

Je vous conseille donc de réaliser votre visite le matin, pour finir avant 12h ou l’après midi, à partir de 14h, mais pas trop tard.
Et de ne prendre la visite guidée que si vous n’avez pas d’enfant. (Peut être aussi qu’il faut éviter de trop tousser ou se moucher… Je ne sais pas, je n’ai pas testé :-))

Il existe aussi des ateliers pratiques (Taille de la pierre, …) mais nous n’avons pas testé.

Allez, quelques photos souvenir quand même :