Dans le cadre de mon non-régime, j’essaie d’appliquer les conseils du Dr ZERMATI. Il s’agit notamment de reprendre contact avec ses sensations. Pour ce faire, il est conseillé de tenir un carnet, dans lequel on écrit son alimentation et surtout son ressenti au moment des repas.

J’ai pris mon (presque) plus bel agenda, et j’ai pris soin d’écrire ce que je ressentais, tous les matins et les soirs.

Et des résultats, qui m’ont quelque peu surpris, j’ai défini des points sur lesquels porter mon attention.

D’une part, et je vous en avais déjà parlé, je n’ai pas souvent faim le matin. C’est le point n°1.

Bien entendu, le déjeuner devient indispensable car, si je réduis mon alimentation du matin, j’ai vraiment faim quand arrive midi. Par contre, je suis très rapidement rassasié. Le fromage et le dessert sont donc en excès. C’est le point n°2.

Le soir, je n’ai pas vraiment faim. Pourtant, avant, je grignotais en préparant le repas, je mangeais le repas et je finissais les restes des enfants… Je suis restée un moment bloqué sur ce dernier point. A propos de cette envie de manger. Qui n’est même pas une envie de manger. Mais plutôt une envie de quelque chose. Et après une longue réflexion, j’ai constaté qu’un petit verre d’apéritif répondait à cette envie. Alors voilà, quitte à passer pour une alcoolo primaire, j’avoue que, plusieurs soirs par semaine, je choisis de siroter un (tout) petit verre de Muscat ou de Porto plutôt que de grignoter sans faim. Parce que, manger simplement, n’assouvit pas cette envie là, ce qui me conduit à grignoter, grignoter et grignoter encore. Point n°3.

Après çà, je mange beaucoup moins et toujours pas de fromage, ni de dessert.

Pire encore, quand je mange trop le soir et surtout du fromage, je digère difficilement et le lendemain matin, je me sens la bouche toute « beurk », comme après un repas de fête. J’en ai donc conclu qu’il fallait supprimer le fromage de mon alimentation. Et ça ne me manque pas. Et même que ça ne me fait même plus envie. Moi, qui ai passé plusieurs années en Auvergne, à gloutonner Fourme et Saint Nectaire, je suis maintenant passée au yaourt nature sucré. Qu’on soit bien d’accord, je ne le fais pas pour une question de calorie mais plus précisément parce que j’ai le sentiment que c’est ce que mon corps me demande. Ou plutôt ce qu’il me dit ne plus vouloir. C’était le point n°4.

Voilà, je ne suis pas encore très au point avec moi-même concernant ces ressentis, ces envies et ces réponses mais je progresse chaque jour. Et toujours sans me presser.

Tout ça pour dire qu’on est pris dans nos habitudes alimentaires mais que finalement, ce n’est peut être pas ce que nos corps réclament.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Be Sociable, Share!
,
Trackback

1 commentaire untill now

  1. Béatrice 17/07 à 9:07

    D’accord avec ta dernière phrase !!

    [Répondre]

Donnez votre avis